The L Word Study

Forum d'etudes sur les représentations des lesbiennes dans la série The L Word
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le militantisme LGBT...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Le militantisme LGBT, pour vous, c'est :
C'est a cause de ces folles hystériques et de ces bûcheronnes énervées que l'on a une si piètre image des homos en France!
13%
 13% [ 8 ]
C’est des excités du bulbe qui veulent se rendre intéressants!
0%
 0% [ 0 ]
Ils abusent, on n'a pas besoin de tout cela puisqu'on n'est plus passibles de la peine de mort en France quand on est homo...
0%
 0% [ 0 ]
Je n’ai pas besoin de ça pour être heureu/se (les lois finissent par changer d’elles même de toute façon)
7%
 7% [ 4 ]
Je ne me sens pas concerné(e)
2%
 2% [ 1 ]
Je trouve ça bien, mais moi je n’ose pas sortir dans la rue, on pourrait me reconnaître
3%
 3% [ 2 ]
J'aimerais faire avancer les choses à mon niveau, mais je sais pas trop comment faire...
15%
 15% [ 9 ]
Il m’arrive de participer à quelques manifs (gay pride, 1er décembre)
15%
 15% [ 9 ]
Je suis impliqué(e) dans une association
3%
 3% [ 2 ]
Je fais partie d’un groupe militant
2%
 2% [ 1 ]
Autre
11%
 11% [ 7 ]
Je milite à mon niveau...
29%
 29% [ 18 ]
Total des votes : 61
 

AuteurMessage
wiwi
Julie McCoy


Nombre de messages : 11869
Age : 39
Localisation : somewhere in between
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Mer 27 Fév - 23:23

sweetjane a écrit:
Certes... il suffirait d'y croire et de se rassembler?
Disons que c'est la première pierre de l'édifice..mais que c'est peut-être la plus importante...là je viens de penser , instinctivement, au rassemblement de martin luther king à washington et à son "I have a dream.."

Il faut y croire et peu à peu se rassembler, on ne changera peut-être pas l'histoire, mais par nos vies on montrera notre fierté, celle d'être humain, celle de tolérant, celle de personne qui aime, et qui aime sans clivage de sexe.

_________________
*Me Muero Por Besarte* / I'm a S** Dealer / Nobody's own you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dylan
Langue d'Alice!


Nombre de messages : 139
Localisation : sur une pellicule
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Jeu 28 Fév - 1:02

militant ou non, queer ou non, homo ou non, la question n'est-elle pas de se demander quel type de personne nous sommes mais surtout désirons être dans une société qui enferme plus vite qu'elle ne libère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2743
Localisation : Souvent a l'ouest...
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Dim 2 Mar - 13:14

Je viens de tomber sur un article dont je vs fait part,vision d'un hétéro sur la question du genre:

Citation :

dimanche 24 février 2008
Être hétéros ?

Je voudrais bien qu'on arrête de considérer l'hétérosexualité comme une norme et une « classe sexuelle ». Malheureusement, les gays n'ont pas intégré que remettre en cause le(s) genre(s) c'est remettre en cause le capitalisme et la société de classe. Force est de constater que ce n'est pas vraiment l'ambiance générale dans les bars gays. Que les gays aient leur(s) culture(s) et leur(s) code(s), comme les lesbiennes, les trans, les bis, et les hétéros, ça ne me gène pas le moindre du monde, cela me paraît même normal et nécessaire. Avoir une culture ou une subculture identifiante et identifiée permet d'exister et donc de contester. Mais les homos doivent changer aussi leur regard sur les hétéros. Qu'on me permette de me considérer comme jouissant, pleinement, de ma sexualité d'hétéro sans me considérer comme un macho en puissance et un petit patron de genre (« je suis un homme, donc un dominateur sur le genre sexuel »). Non, l'hétérosexualité ne se résume pas à une pratique sexuelle, et encore moins à une pratique sociale unique (le mariage, le couple, etc.).

Car mettons-nous bien d'accord. Comme l'ont bien compris les situationnistes, le spectacle institué est un aussi bon outil que 20 camions de CRS. En ce sens, nous ne sommes pas hétérosexuels ou homosexuels à cause d'une pratique sexuelle définie, mais bien à cause d'autres critères et paramètres. Comme par exemple la recherche d'une image, de la posséder ou de s'y soumettre. Image d'ailleurs définie par des codes créés par ceux et celles qui souhaitent maîtriser justement l'image, donc les cerveaux. Je suis hétéro mais je n'ai pas une pratique sexuelle identique à mon voisin. Je suis hétéro, je me retrouve donc dans l'image de la femme et non dans celle de l'homme, mais les images que j'ai de la femme et la conception de son identité me sont propres.

Pareillement, je suis hétéro car mon héritage social m'y a encourage. Le débat sur les parents homo et donc l'adoption est complètement faussé par les médias. La vrai question n'est pas de savoir si un couple homo élèvent bien ou mal un enfant, mais bien la question de la transmission d'une identité sexuelle à ses descendants. Mais est-ce un mal ? Présentement, la société ne veut pas poser le débat dans ce sens, car ce serait exposer pleinement le pourquoi du refus d'accepter l'adoption aux homos. La raison ? La société est homophobe et ne veut donc pas créer les conditions nécessaires à une éducation qui pourrait transmettre l'identité sexuelle des parents sur l'enfant, voir même une éducation sexuelle qui exploserait les genres et les clivages. Mais pourquoi pas ? Les hétérocentrés éduquent bien leurs enfants à accepter la conception des genres admis par la société et par le capitalisme.

On ne peut stigmatiser l'hétérosexualité, en la considérant comme différente des autres pratiques sexuelles (homo, trans, bi) ou bien en la rangeant bien gentiment dans une boîte « travail, famille, patrie ».

A bien y réfléchir, est-ce qu'il n'en est pas de même ailleurs ? Les féminises essentialistes considèrent le genre féminin comme biologiquement différent du genre masculin (comme je suis blanc et l'africain noir... sic) et en déduit donc que la femme est plus douée pour cela et l'homme pour autre chose (je vous laisse deviner la même réflexion sur les « races », les ethnies ou les nations...). Quid des gays ? Il faudrait qu'il y ait des dominateurs et des soumis ? Des actifs et des passifs ? Et les bisexuels ? Comment les définir ? Bref, dans un couple homo, qui fait l'homme et qui fait la femme ? C'est bien là le propo. Définir un couple comme ça, c'est admettre que les codes hétérocentrés restent des valeurs initiales pour définir les autres sexualités. Une référence. Un mètre étalon. En peut en déduire deux choses. D'une part que les gays ont intérêt à combattre aussi ces normes instituées. Et sans stigmatiser la pratique sexuelle proprement dite, mais en combattant justement les images d'Épinal de l'hétérosexualité. La deuxième déduction est que justement, il ne faut plus aborder cela sous une approche « sexuelle », ou bien « de genre », ou bien « sociale », mais relier tout ce qui compose une identité individuel et collective politique et sexuelle. Nous ne choisissons pas d'être homme, femme. Nos plaisirs doivent ressembler à ce que la société dicte. Nos rapports sociaux sont le ciment de notre identité tant sociale que sexuelle. Bref... je ne vois nul part une critique hétérosexuelle des normes sexuelles établies. Nous laissons ça aux femmes, aux gays, aux trans-genres. Comme si être un homme, de surcroît hétéro, nous interdisait de questionner notre propre rôle et notre propre sexualité.

Et de casser les tabous.

« Le 19 février 1997, la Cour européenne des Droits de l'homme s'est mise en peine de légiférer sur le sadomasochisme comme pratique sexuelle déviante. Les euroflics ont débouté Laskey, !jaggard et Brown, trois anglais qui avaient été condamnés à des pratiques SM en privé. Les policiers britannique avaient fait irruption à leur domicile pour confisquer des enregistrements des séances. L'affaire « Spanner » comme on allait l'appeler par la suite [...] nous rappelle – si besoin était – que la politique sexuelle « est partout », qu'elle n'est ni l'invention ni le fait des minorités sexuelles militantes. La décision de la Cour Européenne nous renseigne sur la dimension politique et historique du SM. [...]

Il n'est donc peut-être pas inutile de revenir sur le SM comme pratique politico-sexuelle telle qu'elle a été élaboré et revendiquée par les pédés et les gouines après Stonwall, dans le sillage de la « révolution homosexuelle » des années 70. Une réflexion sur le pouvoir et le genre au grand dam des féministes (essentialistes), un paradigme de la subversion qui grisa Foucault au point d'en faire le premier philosophe apologiste du fist fucking.[...]

Réaffirmer la dimension politique du SM, c'est aussi mettre en évidence la mobilité et la flexibilité qui peuvent exister dans la communauté queer et réduire le spectre du communautarisme et du mouvement identitaire mal compris tout en rappelant une revendication plus générale : il faut contrer les instances qui non seulement légifèrent sur nos corps mais aussi tentent de sexualiser à outrance nos pratiques sexuelles pour mieux en amoindrir la portée politique »


In « Queer Zone, politique des identités sexuelles et des savoirs » de Marie-Hélène Bourcier, pages 70-71.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dylan
Langue d'Alice!


Nombre de messages : 139
Localisation : sur une pellicule
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Lun 3 Mar - 22:55

voilà bien mieux dit que ce que je pourrais écrire ce que je pense un peu de la question du genre : bien plus politique et sociétale qu'une question de sexualité ou d'appartenance à une communauté.
Merci pour cet article!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6684
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Lun 20 Oct - 12:20

Belgique (Revue de presse)
Dans «Gus», John Vincke rappelle que le combat pour les homos n'a pas de fin
Ce mois-ci, Gus, le magazine gay du Benelux, a interviewé John Vincke, professeur de sociologie à l'Université de Gand. Au milieu des années 1980, il fut l'un des premiers à analyser d'un point de vue sociologique les pratiques sexuelles des gays, et a étudié ces dernières années la question du suicide chez les jeunes homos. Dans l'entretien, il déplore «la contradiction entre l'acceptation de l'homosexuel en tant qu'individu pour des raisons "politiquement correctes", et l'aversion persistante à être confronté à la culture homosexuelle». Rien n'est gagné donc.

«Aux Pays-Bas, par exemple, la formation du dernier gouvernement a débouché sur une régression pour la cause homosexuelle. Les fonctionnaires ont désormais le "droit du refus": c'est-à-dire qu'un fonctionnaire de l'état civil qui émet des réserves vis-à-vis du mariage homosexuel n'est plus obligé d'en célébrer un, rappelle-t-il. Les progrès accomplis ces dernières années n'ont rien de droits acquis. Les minorités doivent se rendre compte qu'elles ne peuvent s'arrêter de se battre pour leurs droits, au risque de les perdre».
Bref, le sociologue garde le cap: «Les homosexuels et les lesbiennes ne sont pas seulement une minorité sexuelle, mais également une minorité culturelle.» Mais constate: «Les réseaux reposent de moins en moins sur l'activisme et de plus en plus sur la consommation. De moins en moins d'homosexuels se voient comme une minorité sexuelle qui doit être également politiquement active, et de plus en plus se considèrent comme des hommes qui consomment une forme de sexualité spécifique.» Et à ce petit jeu, si certains le déplorent, d'autres s'y complaisent avec délice.
En tout cas, le sociologue note un point positif dans les évolutions de ces derniers années: «L'âge du coming out a tendance à diminuer. Il a lieu trois ans plus tôt qu'il y a quinze ans, généralement, entre quatorze et quinze ans.»

Copyright tetu.com
par Marc Endeweld
Info du 18 octobre 2008

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
Johnny
Dana 's boulette!


Nombre de messages : 4911
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Lun 20 Oct - 15:14

SexToy a écrit:


«Aux Pays-Bas, par exemple, la formation du dernier gouvernement a débouché sur une régression pour la cause homosexuelle. Les fonctionnaires ont désormais le "droit du refus": c'est-à-dire qu'un fonctionnaire de l'état civil qui émet des réserves vis-à-vis du mariage homosexuel n'est plus obligé d'en célébrer un, rappelle-t-il. Les progrès accomplis ces dernières années n'ont rien de droits acquis.
Effectivement, c'est navrant... D'un autre côté, le droit des homosexuels à se marier ne date que de quelques années, c'est donc un droit au statut assez fragile...

SexToy a écrit:

En tout cas, le sociologue note un point positif dans les évolutions de ces derniers années: «L'âge du coming out a tendance à diminuer. Il a lieu trois ans plus tôt qu'il y a quinze ans, généralement, entre quatorze et quinze ans.»

Enfin, c'est qu'une moyenne... Par exemple, sur le forum, sur les topics appropriés, j'ai pas vraiment vu de CO annoncés vers 14-15 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://johnnybdetoucheditions.tumblr.com/
Polly
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2743
Localisation : Souvent a l'ouest...
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Lun 20 Oct - 16:52

Ben justement,on a trouvé un nouveau militant pr la cause homosexuelle (qui vient tt droit de la culture hétérosexuelle),elle est pas belle la vie? bravo

Citation :
Pour son émission les années bonheur, Patrick Sébastien a créé une parodie d'Aline (chanson de Christophe). Alain est une parodie qui n'a pas pour but de se moquer mais, au contraire d'appeler à la tolérance.

http://fr.youtube.com/watch?v=RQf4USjAZFk

perplex ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
golden apple
The Last Word


Nombre de messages : 5388
Age : 40
Localisation : france
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Lun 20 Oct - 17:44

mdr (ce qu'il ya de bien c'est que l'on est pas du tout dans la caricature)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Ven 7 Nov - 9:59

A cause des bucheronnes !!!

Et l écologie dans toussa !!!

Ah bravo !




tarteu dans ta tronc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le militantisme LGBT...   Aujourd'hui à 10:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Le militantisme LGBT...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Alliage: association LGBT de Liège
» Militantisme de comptoir!!!!
» Militantisme
» le Klit
» Enquête européenne LGBT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The L Word Study :: Baragouinages :: Mauvais Genre-
Sauter vers: