The L Word Study

Forum d'etudes sur les représentations des lesbiennes dans la série The L Word
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Prise de conscience...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 21 Sep - 13:49

Adana a écrit:
Moi par contre, je sais plus du tout où j'en suis...

J'éprouve de la honte et en même temps le besoin de le crier sur tous les toits... Mais j'attend, il parait qu'un Ado recherche sa personnalité..
Mes parents sont totalement contre les homos. Ils trouvent ça contre nature et mal sein. Pour eux, une femme doit aller avec un homme point barre.

Mais je crois que je suis bien Bi vu les tendances que j'ai.

Chère Aurore... Ne sois pas trop pressée... Et surtout ne t'analyse pas !!!
Ne te prends pas la tête.......

Penses à Marina
lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adana
Radar


Nombre de messages : 357
Localisation : 15 ans, Belgique
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 21 Sep - 15:07

Tu me fais rire, si je pense à Marina, je vais me torturer chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rora666.skyblog.com
sweetjane
The Lust World


Nombre de messages : 3891
Age : 30
Localisation : Strasbourg et Vienne en Autriche
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 21 Sep - 15:50

Citation :
Cà facilite les choses puisque l'homosexualité est avérée non dans le désir, la préférence, l'attirance ou le fantasme, mais bel et bien dans les faits.
je ne suis pas d'accord itjihad l'homosexualité et polymorphe et donc le terme même homosexualité est polysémique... autrement dit pour certain ce n'est pas une alternative à l'heterosexualité mais un autre forme d'amour ( pour nina bouraoui par exemple) pour d'autre c'est une manière de vivre, cela forme l'identité de certains et cela comporte donc les préférences les tendances les fantasmes les attirances et pas forcéments les faits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss-kit
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 21 Sep - 15:55

sweetjane a écrit:
Citation :
Cà facilite les choses puisque l'homosexualité est avérée non dans le désir, la préférence, l'attirance ou le fantasme, mais bel et bien dans les faits.
je ne suis pas d'accord itjihad l'homosexualité et polymorphe et donc le terme même homosexualité est polysémique... autrement dit pour certain ce n'est pas une alternative à l'heterosexualité mais un autre forme d'amour ( pour nina bouraoui par exemple) pour d'autre c'est une manière de vivre, cela forme l'identité de certains et cela comporte donc les préférences les tendances les fantasmes les attirances et pas forcéments les faits

polymorphe???? help
perplex heuuuuu.....2 mn je reviens

polysemique??? help
perplex heuuuuuu....2mn de plus emu

alala ma sweet jane tu manie les mots comme je manie le.....
ben je manie quoi moi finalement perplex
que de perplexité....

des bisous fleurs2
Revenir en haut Aller en bas
sweetjane
The Lust World


Nombre de messages : 3891
Age : 30
Localisation : Strasbourg et Vienne en Autriche
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 21 Sep - 16:00

pardon confus2 je suis bête..

je disais l'homosexualité peut avoir différents aspects, formes.. et donc les termes qu'on utilise pour tenter de la définir ont plusieurs sens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Dim 25 Sep - 3:01

Adana a écrit:
Moi par contre, je sais plus du tout où j'en suis...

J'éprouve de la honte et en même temps le besoin de le crier sur tous les toits... Mais j'attend, il parait qu'un Ado recherche sa personnalité..
Mes parents sont totalement contre les homos. Ils trouvent ça contre nature et mal sein. Pour eux, une femme doit aller avec un homme point barre.

Mais je crois que je suis bien Bi vu les tendances que j'ai.

J'aurais dit le contraire de Mag moi : analyse toi, presse toi de le faire surtout, et ne justifie pas tes sentiments et tes attirances par le trouble de l'adolescence. J'ai presque envie de dire que c'est des conneries, mais je risque d'en froisser quelques unes.
En tout cas, si tu brûles d'envie de dire à une fille que tu as des sentiments pour elle, fais le. Après c'est toujours compliqué, c'est comme avec un garçon, on peut pas toujours exprimer nos sentiments, notamment si on n'a pas confiance en leur valeur. Mais si tu es proche de cette amie, il vaut mieux lui dire, on ne sait jamais, çà clarifie les choses. A un moment donné, si on a des sentiments persistants, il faut en faire part, pour sortir de la situation dans laquelle on est, pour la faire avancer, et même si elle est au bord du gouffre. C'est un risque, mais au moins tu ne souffriras pas continuellement, car ce qui fait souffrir ce n'est pas de savoir ou ne pas savoir si on est homosexuel ou pas, c'est de ne pas vivre l'amour qu'on voudrait, c'est ne pas le dire, c'est le cacher, c'est mentir à l'autre sur la nature profonde de nos sentiments. Lui mentir ainsi, c'est le maintenir dans l'ignorance, d'abord de qui l'on est, ensuite de ce qu'on veut vraiment, et enfin d'un aspect de la réalité humaine tout simplement.
Mais c'est clair qu'il faut bien tâter le terrain et ne pas s'emballer pour autant. Et puis en même temps, pourquoi ne pas s'emballer justement?
En tout cas, je pense que c'est une bonne chose d'en parler, le tout est de trouver la bonne voix pour dire ce qu'on veut exprimer, et c'est loin d'être évident de mettre des mots sur nos émotions, sur nos sentiments, et çà l'est encore plus d'en mettre sur nos nuances et nos contradictions, car finalement, c'est dans ces nuances et ces contradictions que justement on se justifie le mieux.

Et puis faut pas avoir peur de dire qu'on se sent perdu si on se sent perdu, il ne faut pas avoir peur de dire qu'on a peur si on a peur, et même si par ailleurs on a pas peur, et même si par ailleurs on a confiance en soi, et même si par ailleurs on est fort.
S'efforcer déjà d'accepter ce que l'on ressent, car on ne se trompe jamais sur nos sentiments. Quand on se trompe en général, c'est sur leur durabilité, leur valeur, leur réciprocité...
Si tu fantasmes sur une glace au chocolat, tu te poses pas la question de savoir si t'en as vraiment envie, notamment si ce n'est pas toi qui construit cette image mais si c'est cette image qui se construit d'elle même. On ne peut pas non plus nier ce qui nous fait souffrir, car la souffrance est un obstacle évident à notre bien être.
Regarder une glace et vouloir la manger est en analogie avec regarder une fille et vouloir l'embrasser.
C'est ton corps aussi qui te parle, il réagit. Il réagit à la main féminine qui te frôle, au regard qui rencontre le tien, et puis ton coeur aussi il réagit.
De façon plus instinctive, c'est ton sexe qui réagit quand l'émotion ondule jusqu'à lui, quand tu te masturbes et frissonnent sur une douceur féminine que tu sens chez une autre, et que tu voudrais partager.

Tout paraît tellement simple dit comme çà, mais je crois que plus on les verbalise, et plus justement on les rend simple, d'abord pour nous même.

Rien à voir:
J'ai fait une petite expérience ces derniers temps. J'ai parlé à une fille de mon entourage actuel de mes aventures sentimentales avec des filles. Je me suis lâchée, simplement, sans le faire pour autant sur le ton de la confidence, mais avec une certaine pudeur tout de même, tout en signifiant que mon entourage amical n'est pas au courant. Au départ, j'avais très peur de lui parler de çà. Elle est très hétéro, elle est célibataire alors qu'elle a toujours eu des mecs depuis l'âge de 14 ans, toujours des histoires qui durent longtemps, elle a passé la trentaine et tout à coup elle se sent désemparée au fond, l'horloge biologique, le tic tac du compte à rebours pour lui signifier qu'on a une date de péremption pour produire un petit fruit de l'amour, un petit bout de nous même. Quand je lui ai parlé de tout çà, elle n'était pas du tout curieuse, il fallait presque que je lui impose mes petites histoires, bout à bout à chaque fois, elle écoutait mais ne cherchait ps plus à savoir ou a comprendre, elle cherchait des portes de sorties à ces conversations, et finalement, je n'avais plus peur de lui en parler parce que je voyais que c'était elle qui était gênée et qui avait peur de parler la dessus. J'ai surmonté ma peur pour finalement me rendre compte qu'on a tout aussi peur d'en parler aux autres que les autres ont peur qu'on leur en parle.
C'est la peur de la peur de l'autre qui pousse au silence aussi. Car passe encore que l'on surpasse sa peur de parler, c'est plus difficile d'affronter la peur de l'autre.
Bref, à côté de ces petits moments où je lui imposais rapidement mes petites histoires, ou alors parfois quelques réflexions sur le sujet de l'homosexualité, relation de copinage somme toute banale. Sauf que de plus en plus, elle me considère comme une amie, elle me le dit, et je sens d'ailleurs qu'elle attend une réciprocité de ma part dont elle sait depuis longtemps que je fais justement attention de ne pas lui rendre. C'est de la sous conversation, du non dit, car c'est moi qui est en position maitresse dans notre relation puisque justement, je n'en attend rien. Pour moi c'est vraiment juste une copine sans plus, je n'ai pas d'affection pour elle à proprement parler, je n'ai pas envie de la prendre dans mes bras même si elle est triste, je n'ai pas envie de complicité avec elle plus que celle que l'on a, et puis il y a des choses que je n'apprécie pas chez elle, bien que je sache les tolérer.
Ces derniers temps elle a eu des histoires foireuses avec des gars, elle a toujours eu un mec depuis qu'elle est jeune, mais elle en a oublié de regarder comment c'est fait un mec et comment çà pense. Elle aussi n'a pas ses amis autour d'elle, elle se sent très seule (d'ou peut-être qu'elle s'attache autant à moi) et le cul lui manque très sérieusement, c'est d'ailleurs le genre de chose qu'elle n'a pas peur de verbaliser, car elle a des côté grande gueule sans complexe qui contrastent beaucoup finalement avec son pseudo manque d'intéret pour mes histoires, et ses petites façons subtiles de les éviter, et de faire presque comme si je ne les lui avais pas racontées. Alors je lui ai demandé finalement, au bout de quelques temps car comme je vous dis il faut que je lui impose ce dont je veux parler, je lui ai demandé si elle avait déjà été attirée par une fille, elle m'a dit non, genre sure d'elle, genre jamais de la vie, genre elle est pas faite comme çà, genre elle ne concoit que la jouissance que peut lui apporter un mec, etc. J'ai trouvé çà bien trop carré, trop arrêté, ert surtout, une fois de plus elle n'a rien développé, et j'ai senti que c'était une fois de plus pour m'empêcher de la questionner plus. Elle pense de moi que j'ai une facilité à dire les choses en général, sans se rendre compte des efforts que je fais pour lui parler de tout çà.
(excusez mes longueurs, j'arrive jamais à faire court, désolée désolée j'y viens)
Bref, quand j'allais chez elle, je dormais dans une autre chambre et çà m'allait très bien. Puis elle a déménagé ensuite dans un petit studio, et là on a été amenée à dormir dans le même lit. Je faisais super gaffe pour ne pas être ambigue par contre, un semblant de gaydar que je commence à développer de plus en plus sûrement, car j'ai senti quelque chose, un truc subtil au départ mais qui a commencé à prendre de l'ampleur. Elle est du genre un peu sans gêne à se trimbaler facilement à poil partout, sans pudeur, car dit-elle elle n'a aucune pudeur devant les filles. Cà c'est un truc qui me dérange chez elle, son manque de pudeur. Les nanas qui se trimbalent à poil c'est pas du tout un problème pour moi, même des fois pas du tout, et même que çà peut me fasciner, mais je n'aime pas le côté un peu vulgaire du sans gene, de considérer le corps presque comme une machine, comme un outils. Pire encore, je vois dans ce sans gêne parfois une façon provocatrice de s'affirmer avec son corps, j'y vois une prétention, celle de ne pas avoir honte justement de s'affirmer et de montrer qu'on a pas peur ni honte de son corps. Mais ce qui me dérange surtout, c'est qu'elle ne veut pas voir que çà me dérange, qu'elle m'impose son corps que je ne veux pas forcément regarder, notamment parfois en attirant mon attention dessus.
Elle dormait à poil alors que je dormais avec elle et que je lui avais raconté mes histoires. A sa place, si on m'avait raconté de telles histoires, j'aurais mis un pyjama, notamment si je ne suis pas intéressée et que je ne veux pas non plus créer d'ambiguités. Je les connais déjà ces histoires qui se passent lumière éteinte, dans le demi sommeil, dans un même lit.. J'ai dormi plusieurs fois chez elle, et à chaque fois j'ai senti qu'elle attendait... que çà vienne de moi. Le matin, je me réveillais trop près du bord du lit, elle était souvent allongée sur le dos, les seins vers le ciel, de jolis seins c'est vrai, et d'ailleurs je suis sûre qu'elle le sait bien, c'est pour çà qu'elle les montre ainsi, et qu'elle me les impose, pour me donner envie, pour me tenter. Car j'ai déjà eu l'espace de quelques instants, mais quelques instants seulement, le désir effectivement de tout à coup m'approcher de ses très jolis seins et de.. mais juste un instant,un réflexe juste automatique, un détour de l'imagination, mais çà m'a rebuté tout aussi tot, car c'était plus l'image de ce sein qui m'a attiré que la nana. Elle ne me fait pas envie du tout. Et finalement,j'ai l'impression qu'elle me lance des appels de cette façon là, qu'elle m'impose son corps pour que je m'y habitue et que peut-être j'apprenne à l'aimer, à le désirer. J'ai l'impression que dans son désirs qu'elle devienne mon amie, il y a son narcissisme qui déborde, elle n'est pas désirée par les garçons à sa grande surprise (car lorsqu'on est avec un mec tout le temps, on doit sans cesse nourir cette idée qu'on est désiré par ailleurs tout autant, et on s'invente peut-être des vies rêvées de ce qui pourrait se passer avec d'autres garçons. Or, le piège c'est aussi que lorsqu'on est avec un mec, on est d'autant plus convoitée par les mecs prce qu'ils ont la prétention parfois de vouloir mesurer notre attachement à notre couple, à notre mec, à nos principes même, et puis ils se disent que si quelqu'un est avec nous c'est qu'on a peut-être quelque chose, c'est très réducteur ce que je dis là, mais c'est aussi malheureusement, un fait)
Donc elle n'est pas désirée par les garçons et du coup, dans son désoeuvrement j'ai un peu l'impression qu'elle espère me séduire au moins moi, pour rivaliser justement, avec celles qui m'ont séduites, celles pour lesquelles j'ai manifesté de l'attachement et de l'affection voir de l'amour et du désir. Elle cherche à développer une complicité du regard, une affection dans la relation, dont je ne fais que me détourner bien consciemment.
J'ai pris le parti de jouer avec tout çà en faisant bien entendu comme si je ne voyais pas et en la regardant faire. Si je lui disais qu'elle m'attire ou je ne sais quoi, je la verrais bien me dire que c'est impossible, et j'ai l'impression de savoir par avance que dans ses yeux je lirais une satisfaction, une suffisance, parce que je la désire. Dans la confidence,je sais qu'elle le dirait à d'autres pour se vanter qu'on la désire, tout en faisant passer çà pour un nouveau problème de son existance,à savoir qu'elle rend quelqu'un malheureux.
En fait, elle fait pareil avec les mecs, dès que y'en a un qui la veut elle le jette, dès qu'on la jette elle s'accroche. Et puis elle parade dès que y'a un mec, c'est le genre de nana qui se laisserait séduire par le mec d'une autre, sans scrupules. Narcissisme encore.
Bon, je l'aime bien quand même, mais je sais que c'est une relation de circonstance.
Mais j'apprends beaucoup de tout çà, car finalement, j'ai verbalisé, j'ai parlé des filles qui m'attiraient, des histoires que j'ai vécu, j'ai osé, j'ai surmonté ma peur, et j'observe ce comportement chez une nana qui revendique son hétérosexualité à chaque instant.
En tout cas, çà me décomplexe un peu pour en parler encore quand l'occasion se présentera, quand j'aurais envie d'en parler plus simplement. Mais en tout cas, je ne garderais plus le silence concernnt mes désirs pour une fille, je verbaliserais.
Ce qui est en nous il faut le faire sortir d'abord avec la bouche, et peut-être ensuite çà fera naitre des situations qui de toute façon étaient en germe en nous.

Voilà, désolée encore pour la longueur.
Revenir en haut Aller en bas
lilou
Langue d'Alice!


Nombre de messages : 54
Localisation : 38ans-95
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Ven 9 Déc - 8:42

Et bien moi c'est un peu comme tout le monde, j'ai 3 frères donc plutôt élevée dans un millieu de garçons, donc forcément je suis sorti avec un copain de mon frère pendant 3 ans, ensuite nous nous sommes séparés et là j'ai commencé à regarder les filles, je me suis mise avec un fille pendant presue un an mais elle habitait lyon donc cela n'a pas duré, ensuite avec une de mes meilleures amies mais pas longtemps, ma mère qui s'en ai douté m'a dit que le rôle d'un femme c'est de se marier d'avoir des enfants et c'est ce que j'ai fait mais au bout de 10 ans je me suis dit que je gachais ma vie et que j'aimais les filles donc depuis je suis avec ma petite chérie. Voilà vous savez tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Ven 9 Déc - 10:36

Moi j'ai pris conscience de ma bisexualité tard.
Enfin tard, à 19 ans et demi (c'est précis lol)!
J'ai commencé à parler avec une amie bisexuelle, et je me suis surprise à ressentir une attirance envers elle.
9a me faisait drôle, mais ça ne m'a pas plus gêné que ça, et je ne me suis pas prise la tête.
Ensuite je suis partie vivre quelques mois en Angleterre, donc j'ai mis ce côté de moi que je venais de découvrir, entre parenthèses.
Puis à mon retour, ce qui m'a confirmé mon attirance envers les filles, a été ma première fois avec l'une d'elle.

Et maintenant voilà, je sais que je peux être attirée aussi bien par un garçon mais aussi une fille.
Je le vis assez bien je pense, bien que mes parents ne soient pas encore au courant, mais tant que rien n'est sèrieux...
Revenir en haut Aller en bas
lapinou
Pilier du Planet!


Nombre de messages : 212
Localisation : australie
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mar 17 Jan - 19:06

donc aller, j'me lance, c'est partie pour mon histoire, sortez les oreillets mdr ca risque de donner envie de dormir aux insomniaques dodo

En fait moi ca c'est surtout passé par pallier, meme si j'ai accepté mon homosexualité trés tard (y a à peine trois mois pour tout dire) je pense que des l'enfance il y avait certains signes qui me laisse penser que c'est loin d'etre nouveau.

aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été qualifié de garcons manqué. je rejetais vraiment mon coté petite fille et j'avais le sentiment de ne pas avoir le bon corps. sportive, casse cou (tout le contraire de mon grand frere mdr ) j'avais bataillé pour avoir un skate board (que ma mere m'a acheté a mon grand désaroi rose ! :perplexe: ceux avec des tetes de morts n'étaient pas à son gout...) tout cela bien sur ne m'a pas empecher de jouer un peu à la barbie, mais bizarrement c'était toujours moi qui faisait ken reveur
ajouter a cela que jusqu'en CM1 je n'étais amie qu'avec des garcons (je ne comprennais vraiment pas les filles et leurs cordes à sauté, pour moi c'était des extra terrestre) j'étais donc la seule fille d'une bande de garcon avec qui je partageais bien des secrets...

à l'adolescence j'ai commencé à me faire des copines quand meme, mais je me sentais quand meme un peu en marge par rapport aux autres filles. quand j'ai commencé à changer physiquement ma mere ma contraint d'arreter de porter les vetements de mon frere (plus trop adapté à ma morphologie il faut l'avouer ooupsss ) et j'ai commencé peu à peu à rentrer dans le moule. J'ai commencé à resentir de l'attirance pour les femmes à peu prés à cette époque (aprés avoir vu sophie marceau dans l'étudiante confus2 ) mais ca c'est vite calmé, j'ai fini par rejeter completement le corps de la femme et à le trouver horrible choc (rejet inconscient peut etre je sais pas...)

et finalement arrivé au lycée j'ai rencontré une fille qui est devenue mon amie. Notre relation est vite devenue trés ambigue (pour tout dire nous jouions aux lesbiennes pour faire un peu rager un ami) sauf que le jeu à continué et est aller assez loin et que à la fin je ne savais plus quoi penser. je fantasmais sur elle mais en meme temps je rejettais mes désirs en me disant "c'est des conneries tout ca, tu te prends au jeu c'est tout" j'ai donc refoulé, encore une fois.

jusqu'a ce qu'au début de cette année, je rencontre une lesbienne, qui avais a peu prés le meme parcours que moi. finalement, tout douceument, elle m'a poussé a me poser des questions et a arreter de rejeter mes attirances. et depuis, meme si j'ai encore parfois du mal à l'accepter, j'ai l'impression d'etre libéré d'un gros poids et d'etre en quelque sorte en paix avec moi meme beuh

bon bah c'est bon vous ouvez vous reveiller, j'ai fini mon 36 15 my life reveur je sais pas si j'ai été trés clair, mais en conclusion, je pense que ca faisait longtemps que j'en etais consciente, mais qu'il a fallu que je ne me sente pas seule pour pouvoir me l'avouer et l'assumer (enfin l'assumer c'est pas encore ca sparadra )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapinougallery.site.voila.fr/
charivari
Langue d'Alice!


Nombre de messages : 51
Age : 33
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mar 17 Jan - 21:42

Je me permets de poster pour une fois car mon histoire est un peu différente de celles que j'ai lu.
Depuis toute petite j'ai toujours eu le baiser facile que ce soit avec les garçons comme les filles. Je ne me posais pas de questions et faisais avec une innocence (et une nymphomanie) infantile totale. Arrivée au collège, le concept "allez les copines, on joue au docteur" était fini et je ne me suis posée aucune question et je suis sortie avec plusieurs garçons. La saveur amoureuse n'était pas réellement au rendez-vous mais je pense qu'à cet âge, il est difficile de vraiment comprendre la notion de sensualité et de plaisir (enfin pour ma part). J'étais une fille proche des garçons car très sportives mais mes fréquentations étaient principalement féminines et je rentrais complètement dans le moule. Je n'avais à ce moment aucun questionnement, aucun doute.

Mes parents sont divorcés depuis que j'ai 3 ans et je vis avec ma mère et mon beau-père. Je voyais mon père régulièrement jusqu'à ce qu'il monte à Paris et que pour le coup ma soeur et moi nous ne pouvions le voir que rarement. Nous ne sommes en fait allées le voir qu'une fois. Il vivait en collocation avec un garçon plus jeune que lui, adorable, un peu bourru.
Dans l'année de mes douze ans, je n'avais quasiment plus aucune nouvelle de mon père (un petit peu dépressif le padre à l'époque), quand ma soeur et moi recevons une lettre chacune de lui. On court chacune dans nos chambres pour les lire et au fil de la lecture, je comprends que mon père est entrain de nous dire "avouer" qu'il est homosexuel et que son colloc est son copain. SURPRISE !!! Ma première réaction a été la joie (chouette on n'en avait pas dans la famille !) et le soulagement car étant donné ce que je comprenais de sa vie du haut de mes 12 ans je craignais qu'il ait le sida... mais non... J'ai retrouvé ma soeur en pleur dans sa chambre encadrée par ma mère et mon beau-père mais e crois que le "choc" est tout fde même vite passé pour elle à la grande joie de mon père qui avait une peur bleue de notre réaction.

Si je parle de tout ça, ce n'est pas pour m'épancher sur ma vie, mais simplement parce que tout ceci a joué un rôle (capital ou non je ne sais pas) dans mon homosexualité qui est arrivé un peu plus tard.
Disons que mon père en me disant cela a ouvert une porte que je n'aurais peut-être ouverte ou alors pas ainsi.

Quelques années plus tard, j'avancais tjs sans doute, quand par une nuit de printemps, je ressens le besoin fulgurant d'embrasser ma meilleure amie qui dort à côté de moi. Je me garde de le faire mais je lui en parle sereinement le lendemain sachant qu'elle allait bien réagir. C'est à partir de là que j'ai commencé à me poser des questions plus ou moins à découvert sur ma personne. Je m'intéressais à tout ce qui toucher de près ou de loin à l'homosexualité... j'avais un besoin quasi vital de tout voir, de capter dans la rue des baisers,... Pour ma chance, j'ai rencontré au lycée des gens très ouverts, dont quelques homos... et c'est que pour notre génération, en ce qui concerne tout ça il n'y a vraiment de souci majeur pour parler et échanger sur ce thème. Mais malgré cette ambiance gay friendly environnante et deux -trois filles qui étaient rentrées dans mes "fantasmes" assez rapidement, il n'y avait tjs rien de très concret.
Puis je suis arrivée en fac de mèdecine et du fin fond de mon "isolement" pré-concours, j'ai commencé à comprendre que peut-être oui réellement j'étais lesbienne et je crois que cette idée me plaisait bien en plus... je n'avais aucun rejet mais plutôt une joie, voire une fierté...
La vie a bien fait les choses car j'ai rencontré alors une jeune fille hétéro très scout, très catholique (sans que ce soit du tout péjoratif de ma part c'est juste pour situer). Nous sommes devenues amies, puis très très amies mais je ne voyais rien d'autre en elle. Je savais que la relation prenait une relation trop exessive mais bon... j'étais dans mon concours alors pas le temps de trop y réfléchir. La fin de l'année a sonné et là je me suis rendue compte lors d'un jeu "de combat" (c'était la première fois que je touchais son corps et plus précisément son mollet !!) que cette fille était sexy à souhait et que je la désirais d'une manière très déroutantes.... En fait c'est elle qui a introduit l'ambiguité la première mais nous restions dans le cadre amical... deux semaines après... au détour d'une rue dans la nuit je voulais simplement conclure par une phrase avant de partir et, aujourd'hui encore ce moment est encore un mystère pour moi, je l'ai embrassé sans détour... nous avons fini la nuit dehors avec le drapeua de l'ambassade du portugal pour seul témoin... Pour la petite histoire, je suis restée deux ans avec elle et elle file depuis deux ans le parfait amour avec son homme.

Depuis j'ai eu d'autres histoires, me suis posée des questions mais je reviens tjs au même point, j'aime les filles. Les garçons ne me rebutent pas du tout mais il y a ce truc dans le ventre qui veut tout dire.

Est-ce que le fait que mon père est homosexuel a joué je ne sais pas mais en tout cas je suis heureuse de partager cela avec lui.

Encore pour ce forum tjs plein de bonnes surprises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Dim 5 Fév - 9:27

Et bien justement, sur un autre topic aujourd'hui je parlais de la difficulte que pouvaient avoir certains parents a dire a leurs enfants qu'ils etaient homo... Et je ne sais pas si ca peut jouer sur sa propre sexualite de savoir qu'on a un de nos parents qui l'est, mais en tout cas ca doit etre plus facile a assumer pour le coup. Non?
Revenir en haut Aller en bas
MrPissou
Jenny's Pictures


Nombre de messages : 717
Age : 38
Localisation : Lausanne, Suisse
Date d'inscription : 23/09/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Dim 5 Fév - 11:30

bon moi j'ai tjs été garçon manqué étant petite, ado je matais pas vraiment les garçons et j'admirais plutôt les filles..Mais m'étant intéressée aux choses de l'amour que relativement tard (20 ans env.), je suis d'abord sortie avec des mecs avant de flasher sur ma femme et la 1ère fois qu'on a fait l'amour, j'ai regretté d'avoir perdu mon temps avec des garçons pendant 3ans! LOL

quand je l'ai dit à ma soeur elle a rigolé et elle a dit : tu vois je te l'avais dit!

ma mère a moins rigolé mais bon elle l'accepte
ma nièce a failli cafeter à toute la famille
mon padre le sait pas et ne le saura pas avant sa mort!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chriswhite.ch
ptibou
Soup Chef


Nombre de messages : 38
Localisation : Le plus bel age
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: "Ca " ... vous est venu comment ?????   Mar 28 Mar - 19:56

Parcouru tous les sujets du forum (... ou presque confus2 ) à la recherche d'un sujet du genre
"comment avez vous "découvert" votre homosexualité "?


Pas trouvé...

Alors je le (et je me) lance...

Comment avez vous découvert que vous êtes
hommosexuel(le) ou bi (ou autre)?


Et un petit détail qui n'a peut être pas d'importance:
A quel âge?


gay gay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mar 28 Mar - 21:05

.


Dernière édition par le Jeu 18 Jan - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ptibou
Soup Chef


Nombre de messages : 38
Localisation : Le plus bel age
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mar 28 Mar - 21:19

Maffie a écrit:
Etrange cette façon de formuler le titre... Pourquoi ne pas appeler un chat un chat ? Razz
J'aimerais demander à quelqu'un un jour "Comment as tu découvert ton hétérosexualité?" et qu'il me réponde sincèrement. Ca voudrait dire que beaucoup de choses ont changées...

Plutôt d'accord ... bravo
Pour répondre à ta question...je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai formulé ça comme ça embarassé , sans but précis et sans aucun doute pas à cause d'un tabou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johnny
Dana 's boulette!


Nombre de messages : 4912
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 29 Mar - 19:53

Y'a bien un sujet sur la prise de conscience de l'homosexualité ou bisexualité:

http://thelword-study.forumactif.com/viewtopic.forum?t=148
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://johnnybdetoucheditions.tumblr.com/
ptibou
Soup Chef


Nombre de messages : 38
Localisation : Le plus bel age
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 29 Mar - 19:59

Je l'ai vu aprèèèèèèèèèès ...... shame
Commencé à le lire mais pas fini.

En je pensais pas le trouver dans cette section.
Et dans recherche ça n'a rien donné.

Ca m'étonnais aussi que vous n'en ayez pas parlé ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Véro
Cap'tain Stubing


Nombre de messages : 4016
Age : 44
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Sam 1 Avr - 22:36

Merci Johnny, vigie du forum!
Je boucle... suivez le guide Johnny!

_________________
véro!
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pinkypooh.net
ptibou
Soup Chef


Nombre de messages : 38
Localisation : Le plus bel age
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Dim 2 Avr - 17:15

Bon ...
Maintenant que j'ai lu toutes vos histoires je vais peut être vous raconter la mienne au lieu de poster des sujets déja lancés ...ooupsss


Disons que je ne me suis jamais vraiment posé de questions.
J'ai toujours embrassé des filles (voire même un peu plus), surtout ma meilleure amie de l'époque...mais sans jamais comprendre vraiment ce que je fesais.
Et puis déménagement oblige on s'est perdues de vue, un peu.

Arrive l'époque du collège ...
Comment ça c'est une fille et un garçon ?? Bon d'accord.
Et me voila, du haut de mes 12 ans une fille qui sort avec des garçons mais qui continue à embrasser des filles dans les toilettes ...
Et puis c'est le retour de ma meilleure amie ...
Les cours d'éducation sexuelle passés, on s'est rendues compte chacune de notre coté de ce qu'on avait fait étant jeunes et on a recommencé (en beaucoup plus poussé que quand on était jeunes) avec un petit air de dernière fois.
Et après ça plus aucunes nouvelles ...La gène sans doute et l'impression de faire quelque chose de totalement unique et inerdit.
Alors je laisse tomber et m'attarde sur les garçons...
Plus des amis qu'autre chose, on rigole, on se bisouille mais alors le premier qui insiste un peu trop se retrouve largué le lendemain.
Une fille qui se déguise en garçon pour embrasser des filles en vacances.
Une fille qui se fait embrasser par des filles, meme habillée en fille.

Et puis les années lycées, et là on me compare à une jeune fille qui passe pas mal à la télé dans une émission de télé réalité ...(celle ou les gens chantent)
Ma nouvelle meilleure amie me dit :
Elle est comme toi sauf peut être pour un truc.
Alors je me mets à regarder, juste pour elle et c'est vrai ...
C'est moi ou presque.
Mais c'est quoi ce truc.???
Je tombe sous le charme, un peu beaucoup.
Et puis révélation: Elle aime les filles.
Quoi comment ça? Je suis pas la seule ? Alors j'ai le droit ?
Et là, sans vraiment l'avouer avec des mots, c'est des sous entendus, des gestes ... une sorte de petite provocation pour voir ce que les gens en pensent.

Et le retour des filles avec entre temps, un passage de ma vie avec le garçon le plus charmant que j'ai jamais rencontré qui m'a montré sans doute ce que je pouvais voir de mieux du coté masculin. Mais ça n'a pas suffit.

Les filles ont toujours été dans ma vie. Je ne me cache pas. Je suis heureuse comme cela.
Pas eu besoin d'un mentor, c'était en moi, il fallait juste qu'on me dise que je n'étais pas la seule, que j'avais le droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Dim 14 Mai - 22:51

Citation :
Une fille qui se déguise en garçon pour embrasser des filles en vacances.

bravo trop fort Ptibou !!! ca devait marché du tonnere lol


Ben quand est ce que j'ai pris conscience réellement???
Je dirais que c'est venue petit a petit ....

Bah c'est a partir du cp ... je trouvais ma maitresse trop jolie, trop belle a cause de ses beaux cheveux mi long et bouclé et toujours bien coiffée !!
Sa collègue maitresse des ce1 avait un visage un peu moins muteen et de moins beau cheveux, je me rapelle, j'avais comparé ses deux maitresse et j'étais trop fière de ma maitresse, si jolie, si belle avec ses si beau cheveux bouclé et clair...
Etais ce de l'amour? a 5 ans... je ne saurais dire ...

Après plus rien, puis au collège !!!
un truc qui m'a bien fais comprendre ... que j'avais de lattirance pour les femmes...
Cétait en 6em, j'avais 10 ans, et ma prof d'anglais, une anglaise de 25 ans, accent trop mimi, un teint bronzé, un jolie visage, une taille fine, de long cheveu or ... wow ... je la trouvais magnifique ...
Mais je ne ressentais pas de pulsion sexuelle (genre j'aimerais bien la ploter, non pas du tout)
mais elle me plaisait c'est tout .... sentiment assez indescriptible ... arf

Puis en 4em (13ans) .. bah je suis tombé sous le charme d'une fille ... elle était dans ma classe... j'ai tout fais pour devenir sa "pote"
Elle était bcp plus accessible que la maitresse de cd et ma prof d'anglais.
Je pouvais l'observer a loisir, elle avai de long cil noir , de manifiques beaux yeux verts, une belle chevelure chatain foncé, et ses cheveux de devant bouclé un peu, et je fondais de plus en plus ....
j'observais, je buvais du regard Ma Stéphanie (elle clignait des yeux assez bizzarement, c'était trop mignon) ....



J'ai pas souvenir d'avoir été dérouté .... ni surprise ...
C'est venue petit a petit, par tranche de période lol et de rencontres..


ah oui, détail qui a peut etre son importance (va savoir) ,
je n'aimais pas les robes, j'adorais les jeux d'actions, et je rejettais toute forme de féminitée, je sais que des filles hétéros le sont aussi mais je tenais a le préciser...

confus2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 17 Mai - 3:24

4 ans et déja ! lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lapinou
Pilier du Planet!


Nombre de messages : 212
Localisation : australie
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 17 Mai - 5:13

mdr3
précocité quand tu nous tiens lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapinougallery.site.voila.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 17 Mai - 15:39

moi je suis hetero mais il m'arrive de me poser des questions.
Suis-je vraiment attirée par les garçons? En ce moment j'en doute et je sais pas quoi en penser.
LA rencontre fera peut-être tout changer dans ma vie qui sait.
Je ne me suis jamais poser la question mais quand je lis certaines histoires, je vois que beaucoup ont découvert leurs attirance pour une femme assez tard, et je n'ai que 24 ans donc je verrais je sais pas c'est bizarre en faite...


Dernière édition par le Mer 17 Mai - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Johnny
Dana 's boulette!


Nombre de messages : 4912
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 17 Mai - 16:41

Bambina60 a écrit:
moi je suis hetero mais il m'arrive de ma poser des questions.
Suis-je vraiment attirée par les garçons? En ce moment j'en doute et je sais pas quoi en penser.
LA rencontre fera peut-être tout changer dans ma vie qui sait.
Je ne me suis jamais poser la question mais quand je lis certaines histoires, je vois que beaucoup ont découvert leurs attirance pour une femme assez tard, et je n'ai que 24 ans donc je verrais je sais pas c'est bizarre en faite...
Moi, dans le topic consacré à la sexualité des membres, j'ai mis "rejette toute étiquette", c'est plus simple...Et puis, comme disait Madonna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://johnnybdetoucheditions.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Mer 17 Mai - 17:05

de toute façon, à la base je rejette toute étiquette et cela bien avant de me poser tant de questions.
Je n'aime pas les mots Hetero et Homo car ça catégorise trop les gens sur ce qui est pour moi, un détail de la personnalité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prise de conscience...   Aujourd'hui à 22:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise de conscience...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ayé, la décision est prise !
» allaitement et prise de poids ou pas du bébé
» Bleu énorme suite à prise de sang
» questionnement sur la prise en charge alimentaire
» Prise en main de la V12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The L Word Study :: Baragouinages :: Mauvais Genre-
Sauter vers: