The L Word Study

Forum d'etudes sur les représentations des lesbiennes dans la série The L Word
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Peinture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Peinture   Mar 28 Nov - 10:14


La voilà cette fameuse repro de Courbet qui a provoqué une telle levée de boucliers.

(amusante, cette réaction sur un site où on parle de sextoys, de gouinasses en chaleur, de transidentité et d'un tas de choses nettement plus borderline qu'une touffe de poils et un sexe de femme... ne voulions-nous pas créer un lieu d'xpression où la parole se libère plutôt qu'un endroit régi par les règles de la bienséance bourgeoise ?! On n'est plus au XIXe siècle, quand même !)

Personnellement j'adore ce tableau.

Je suis toujours saisie d'un profond sentiment de désir et d'effroi quand je le vois.
Il est d'une beauté terrible.
Il m'inspire un grand silence, presque religieux.

Ahhh... Courbet.








Il est d'une sensualité entêtante, terrienne, chtonienne, même, de laquelle je me sens extrêmement proche.

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:02

C'est marrant, mais de le voir dans un topic peinture, ça ne me pose aucun problème... sifflot



Bref... Je vais finir par adorer ce tableau à force de le voir..... lol

Sinon rien à voir avec mon édition d'hier soir (on va pas continuer pendant 40 ans là dessus) mais je n'aime pas trop ce tableau de Courbet (euh on a le droit, non ?) pour la simple et bonne raison que j'ai un blocage au niveau de la pilosité de la........ ( wnk3 Bio)

Par contre artistiquement parlant, rien à dire, il est plus que réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:05

Tienstienstiens... et qu'est-ce qui se serait passé si tu l'avais aimé, ce tableau ? Mmmm... ? Wink

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:08

Exactement la même chose !!! reveur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:22

Mr. Green

Huhuhu.

Bon.
A part ça, moi j'aime bien les poils.
C'est pas ma chérie qui va se taper à cause de moi les ignobles démangeaisons de la repousse.

Voilà, c'est dit.

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)


Dernière édition par le Mar 28 Nov - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:23

Désolée par avance pour ce très long post...

Merci de ce topic, il manquait... mais juste une question, histoire de pinailler un peu.... un peu comme pour musqiues préférées... que fait un topic "Peinture" dans Culture lez?
* soit c'est que c'est orienté artiste lez ou mettant en valeur la femme ou les relations entre femmes (et là, je comprends la présence de Courbet à cet endroit)
* soit ce n'est pas orienté (donc je peux me sentir libre de parler de Basquiat)

En attendant réponse à cette question, je vais rester dans les peintures représentant les femmes, oeuvres scandalisantes en leur temps :

l'odalisque blonde, ou "Portait de Louise 0'Murphy" de François Boucher, 1752 (Musée du Louvre)

ou encore :

L'Olympia de Edouard Manet, 1863 (Musée d'Orsay)

En fait, suite aux discussion de hier, je me suis interrogée sur la censure dans l'art (attention, je ne cherche à relancer aucun débat ni à accuser qui que ce soit de censure, je n'ai fait que m'interroger, donc ne voyez là aucune attaque personnelle, merci), et j'ai trouvé cet article du net pas inintéressant :

Citation :
Musées
23 mars 2001
Une promesse de bonheur...

On doit s'insurger contre cet usage intempestif de la censure car il est la manifestation d'une crispation sur un ordre moral
Soraya Hamidi, Paris

Le plus souvent, il suffit de considérer ce qui se passe aujourd'hui aux États-Unis pour connaître de quoi sera fait notre demain. La preuve en est la vague de censure qui, après avoir déferlé aux États-Unis sur de nombreuses expositions, s'abat aujourd'hui en France. Quelques exemples peuvent dresser un tableau inquiétant.
Ainsi à Carpentras en 1995 déjà, l'installation conçue par Bustamante (Un monde à la fois) fut annulée à la dernière minute par la municipalité de droite. Le motif en était qu'un semi remorque de cinq tonnes placé dans une chapelle désaffectée était « inconvenant et provocateur » !
À Rabastens en 1998, la municipalité socialiste a fermé l'exposition de Van Lieshout : Le Bon, la Brute et le Truand trois jours après son ouverture. Au vu des « symboles développés », par un atelier « des armes et de la bombe », un autre « des alcools et médecines », un « Baiso-Drôme », une Mercedes équipée d'un canon en bois ...elle a jugé qu'il ne s'agissait pas « d'une interprétation artistique » mais d'un « acte de provocation délibéré vis-à-vis des Rabastinois et de la société en général ».
À Toulon, alors à l'extrême droite, c'est par anticipation que le Conseil général du Var a décommandé en 2000, l'exposition Ici le monde, à vous Toulon de Gloria Friedmann. Éclairé par les catalogues précédents de l'artiste, il a considéré que la nature « brutale » de son oeuvre ne saurait répondre « aux attentes du public ».
La même année, à Bordeaux, la censure s'est faite plus insidieuse. En effet, bien qu'installée dans une institution municipale, le CAPC (Centre d'arts plastiques contemporain), la mairie a refusé tout soutien à l'exposition Présumés innocents sur le thème de l'enfance. Pas d'affichage public ; disparition du nom du maire (Alain Juppé) sur les cartons d'invitation ; aucun représentant de la municipalité au vernissage. Le tout, doublé de la plainte d'une association qui, au regard du seul catalogue, considéra que les oeuvres présentées étaient une « atteinte à la dignité humaine ».
On doit s'insurger contre cet usage intempestif de la censure car il est la manifestation d'une crispation sur un ordre moral. De plus, la crudité d'une oeuvre et le choc qu'elle suscite ne sont pas les critères justes de son évaluation. Il n'y a qu'à rappeler l'Histoire !
Ainsi, lorsqu'au Salon de 1865, Manet expose Olympia, la critique et le public y voient la représentation ignoble d'une prostituée. Le scandale fut si grand que le gouvernement fut obligé de protéger le tableau de la colère des spectateurs par un gendarme.
Ce qui choquait, ce n'était pas tant le sujet du tableau, un nu, que les modalités de sa représentation. Celles-ci rompaient avec la tradition d'idéalisation à l'Antique. En effet, loin de l'abstraction d'un corps idéalement parfait et achevé, Olympia, par son visage singulier, ses cheveux roux, l'imperfection de ses jambes trop courtes était tout au contraire fortement individualisée.
Qui plus est, elle s'exposait sans fard dans le cadre d'une scène qui paraissait tirée de la vie réelle, sans alibi mythologique ou même allégorique pour soutenir sa nudité, sans même le jeu d'une séduction pour masquer l'explicite de sa situation. Non seulement, la « laideur » de cette « guenon sale au corps jaune » interdisait au spectateur d'élever son esprit vers le ciel des idéalités, mais elle lui semblait aussi un appel à ses instincts les plus bas. Manet avait livré un objet dégradé pour attaquer tout le sérieux de l'art !
Le scandale du tableau était aussi le fruit, comme l'a montré Théodore Reff, d'une incompréhension. Bien qu'ayant vu la référence au tableau du Titien La Vénus d'Urbin, la critique n'a pas vu le « geste » de Manet. En effet, loin de n'emprunter que quelques éléments épars au tableau du Titien, Manet en a repris la structure compositionnelle pour inscrire la figure d'Olympia en lieu et place de la Vénus. La structure d'idéalité devenait ainsi la peinture.

Qui aujourd'hui encore jugerait obscène l'Olympia ?

Marie-Laure Bernadac, commissaire de l'exposition Présumés innocents, déplace le débat pour mieux le situer lorsqu'elle oppose les images produites par les stratégies publicitaires et les médias à celles qui résultent de la démarche des artistes. Au-delà de leur aspect choquant, celles-ci « apporteraient quelque chose d'essentiel ». Rapprochons deux évènements, l'un publicitaire et l'autre artistique, pour saisir la nature de cette « chose essentielle ».
Le premier consistait en un happening publicitaire conçu pour présenter une collection de lingerie féminine par la styliste Chantal Thomass en avril 1999, aux Galeries Lafayette. Des mannequins jeunes et jolies s'exhibaient dans les vitrines du magasin en culotte et en soutien-gorge, se pomponnant sur des divans. Chantal Thomass, qui avait interdit à ses mannequins de croiser les regards des passants pour « éviter tout rapport de séduction », voulait représenter les femmes « dans leurs moments de détente de façon idéalisée avec de jolies filles ». Le tollé soulevé par les mouvements féministes dénonçant « la marchandisation des corps » et un « diktat des modèles sexistes » mit fin très vite à ce « spectacle vivant » soi-disant « gracieux et élégant » !
Le second, l'exposition It's O.K. to say no ! de Bernard Bazile au Centre Gorges Pompidou (1994) curieusement n'a pas été censuré. Peut-être le serait-il aujourd'hui car l'exposition proposait au visiteur de se délecter entre autres, d'une boîte de Merde d'artiste de Manzoni, ouverte à la demande de Bazile, de la représentation d'une fellation au prétexte d'un jeu sur le mot pipe (L'odeur de la pipe...), de tableaux en moquette mais aussi et surtout... de femmes nues bien vivantes allongées sur des peaux de bêtes (les Mel Ramos).
Avec les Mel Ramos, Bazile semble reproduire le geste de Manet avec Olympia. Reprenant en effet, les tableaux de pin up de l'artiste pop californien Mel Ramos, il a substitué à la représentation d'une pin up, la réalité d'une femme nue. Pour autant doit-on y voir comme s'en insurge une critique, une simple redite outrancière de ce qui a eu lieu pour« titiller et choquer le bourgeois» par un « racolage forcené » ?
Bazile déclare, quant à lui, vouloir « faire vivre au spectateur ce que le peintre avait vécu ». Le dispositif mis en place serait ainsi une régression à ce point d'origine, moment où une femme nue s'expose au regard d'un homme (habillé) qui veut la peindre. L'enjeu pour le spectateur serait alors de rejouer ce que le peintre a vécu et faire de cette femme nue un tableau.
Toute la difficulté est là, car la situation est des plus ambiguës ! D'ailleurs, l'imagerie sociale l'a souvent noté qui parle de la vie de « bohème » des artistes, vie de toutes les licences, et des modèles comme de « filles de petite vertu ». À travers cette confusion sociale sur la nature exacte des relations entre un peintre et son modèle, perce la question du désir. Réussir à « faire » de cette fille nue un tableau, suppose du spectateur de vivre son désir non pas dans l'immédiateté d'un passage à l'acte, mais de déplacer cette pulsion pour la sublimer dans les effets de la peinture. Freud l'a déjà dit.
La substitution opérée par Bazile, d'une femme réelle et nue à sa représentation, enclenche ainsi un renversement d'ordre matérialiste car cette trivialité rabat l'oeuvre vers la terre, « la met au plancher ». Loin d'élever l'esprit vers le ciel idéal qui serait celui de l'oeuvre, elle en dévoile tout au contraire l'origine. Le choc ressenti devant cette « laideur » serait alors la marque d'un refus : celui de reconnaître l'animalité que chacun porte en soi.
Mais qui plus est, s'ils confrontent le spectateur à son désir, les Mel Ramos le confrontent aussi à la Loi. En effet, face à ces femmes qui s'offrent disponibles à portée de la main, il doit choisir comment les regarder. Il sait qu'il est dans un musée, qu'il ne doit donc pas les toucher. Telle est la loi imposée par le cadre ! Pourtant, il est aussi à même d'en interroger la légitimité et de choisir : soit transgresser la Loi et toucher ces femmes nues, soit assumer la Loi ! Qu'il prenne le parti de la transgression ou celle de la Loi, ce choix le fonde comme adulte : il s'affranchit du statut de l'enfant qui, ayant intériorisé la Loi venue d'en haut, la vit sur le mode d'un impératif catégorique.
L'oeuvre ainsi permet au spectateur d'expérimenter la vérité et elle devient une vérité « vraie » parce que fondée sur l'expérience. Du même coup, elle l'affranchit des vérités abstraites qu'on lui « assène » grâce au principe d'autorité. L'oeuvre est donc essentiellement une promesse d'émancipation possible de soi.
On peut ici comprendre toutes les différences qui séparent le happening publicitaire de Chantal Thomass d'avec les Mel Ramos de Bazile. S'il s'agit bien dans les deux cas de susciter le désir, Bazile met les modèles à portée de la main tandis que Chantal Thomass les protège derrière une vitrine. Ainsi, en même temps qu'elle suscite le désir, elle interdit sa réalisation. Ce qu'elle vise par ce « subtil » subterfuge, c'est enclencher le mécanisme d'une frustration pour amener le spectateur à compenser en achetant un substitut à son désir. Loin de toute ambition artistique que le mot happening voudrait faire accroire, ce jeu dans la vitrine qui est celui du Capitalisme, nous indique la place où il met l'homme : il est un animal et il est un enfant inféodé, joué et manipulé dans son désir par l'Autorité.
Voilà pourquoi les oeuvres sont essentielles ! Elles sont le lieu d'une expérience qui nous délivre... Aussi peut-on dire que nos élus se trompent de cible quand ils censurent les oeuvres. Ils nous privent ainsi d'une promesse de bonheur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:35

bioskopb a écrit:
Merci de ce topic, il manquait... mais juste une question, histoire de pinailler un peu.... un peu comme pour musqiues préférées... que fait un topic "Peinture" dans Culture lez?
* soit c'est que c'est orienté artiste lez ou mettant en valeur la femme ou les relations entre femmes (et là, je comprends la présence de Courbet à cet endroit)
* soit ce n'est pas orienté (donc je peux me sentir libre de parler de Basquiat)
Faut pas chercher si loin.
Je l'ai mis où j'ai pu. Je trouvais dommage de l'enterrer dans «Baragouinages divers», that's all.
Tout le monde peut parler de qui il /elle aime ici.
On se souviendra peut-être que Rosa Bonheur et Anna Klumpke étaient lesbiennes ?

Sinon, très beau texte, merci.
Merci surtout pour cette phrase :
Citation :
Voilà pourquoi les oeuvres sont essentielles ! Elles sont le lieu d'une expérience qui nous délivre...

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
Véro
Cap'tain Stubing


Nombre de messages : 4016
Age : 44
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:43

Ahhh ça fait bien plaisir....
Je me rappelle ce profond émoi que j'ai ressenti quand, à l'adolescence, j'ai découvert ce tableau qui a tant fait scandale...
Rien que le titre : l'Origine du Monde...
Oui, le Monde vient de là, nous sommes tous qui que nous soyons, sortis de cet orifice, issue du nid douillet uterin (sauf en cas de complications evidemment!).
Et puis pour l'adolescente aux premiers émois lesbiens, un choc... l'origine du monde me procurait de delicieux picotements qui me faisaient naitre à moi même...
Voilà, moi non plus je ne suis as adepte de cette abondance pileuse* mais je ne peux que répéter encore que j'aime ce tableau, même si je peux comprendre que son extréme réalisme peut choquer.... mais ici franchement comme le dit ma jum sur ce forum où les avis sont quasi unanimes sur la necessité du sexe dans la vie, où les photos parfois vulgaires foisonnent, la pudibonderie n'est pas de mise...
Merci SexToy d'ouvrir cette jolie gallerie!


*au passage, SexToy, la tondeuse est un merveilleux outil qui a le merite de reduire à quantité plus ou moins negligeable selon la personne et le sabot employé la pilosité pubienne sans creer de démangeaisons de repousse...
La tondeuse est l'amie de la lez non adepte de poils... (et même de l'heterote!)

_________________
véro!
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pinkypooh.net
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 11:50

Véro a écrit:
la tondeuse est un merveilleux outil qui a le merite de reduire à quantité plus ou moins negligeable selon la personne et le sabot employé la pilosité pubienne sans creer de démangeaisons de repousse...
La tondeuse est l'amie de la lez non adepte de poils... (et même de l'heterote!)
Ah oui... je n'y avais pas pensé.
Cependant non, même comme ça, ça ne me dit pas...
J'aime bien le côté forêt vierge moîte (enfin toutes proportions gardées, c'est pas non plus l'Amazonie, hein !)



Bon, cela dit, on a déjà à peu près 56 sujets différents sur les poils, on ne va pas remettre ça à chaque fois, hein ?!

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 12:01

Moi aussi j'aime beaucoup cette phrase Le Toy, d'ailleurs, pour le plaisir, je la remets
Citation :
Voilà pourquoi les oeuvres sont essentielles ! Elles sont le lieu d'une expérience qui nous délivre...

Véro a écrit:

La tondeuse est l'amie de la lez non adepte de poils... (et même de l'heterote!)
wnk3 , je retiens ... y a moins de risques qu'avec le rasoir non? unsure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 12:18

bioskopb a écrit:
wnk3 , je retiens ... y a moins de risques qu'avec le rasoir non? unsure
lol c'est marrant cette conversation, ça m'dit quelque chose sifflot arf le rasoir c'est un coup à prendre, mais c'est sur tout dépend de la pilosité et du type de peau !!!
Pour continuer ce mode Hors Sujet (quoique...) hum ça vous irrite pas les poils à ras ??? perplex cunnilingustiquement parlant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Véro
Cap'tain Stubing


Nombre de messages : 4016
Age : 44
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 12:18

[MODE POIL ON]

Juste pour Bio!
Ah oui, tu peux pas te blesser et surtout ça coupe le poil, ça le rase pas... donc pas de pb de repousse...

Mag a écrit:

Pour continuer ce mode Hors Sujet (quoique...) hum ça vous irrite pas les poils à ras ??? perplex cunnilingustiquement parlant ?
Tjrs les inconvenients du rasoir qui durcit le poil à sa repousse! La coupe tondeuse ne durcit pas le poil!
Quand je vous dit que la tondeuse est l'amie...

[MODE POIL OFF]

_________________
véro!
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! Oscar Wilde


Dernière édition par le Mar 28 Nov - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pinkypooh.net
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 12:57

PTDR!!!! Je savais bien que ce forum était soure d'informations diverses et variées, mais là choc

Véro a écrit:
[MODE POIL ON]
Juste pour Bio!
Ah oui, tu peux pas te blesser et surtout ça coupe le poil, ça le rase pas... donc pas de pb de repousse...
Tjrs les inconvenients du rasoir qui durcit le poil à sa repousse! La coupe tondeuse ne durcit pas le poil!
Quand je vous dit que la tondeuse est l'amie...
[MODE POIL OFF]

l'amie... de la FEMME! (merci du tuyau)

Pour revenir à la peinture et pour faire plaisir au Toy :

Citation :
Rosa Bonheur
Rosa Bonheur a été probablement la plus célèbre des nombreuses femmes qui, au XIX° siècle se consacraient à la peinture animalière. D'origine modeste, et alors que les écoles d'art étaient fermées aux filles, elle a réussit très tôt à force de talent et de travail à s'imposer : à 19 ans elle a été reçue au Salon. Elle peignait comme elle vivait, puissamment. Elle a été aussi la première femme à recevoir la Légion d'Honneur, qui lui a été remise en 1865 par l'impératrice Eugénie : " Vous voilà chevalier. Je suis heureuse d'être la marraine de la première femme artiste qui reçoive cette haute distinction. " Transcendant les interdits liés à la morale de son époque, elle a développé dans son art une approche académique alors même que les femmes n'étaient pas admises au Conservatoire. " Mademoiselle Bonheur, nous saluons en vous un lauréat de première classe " a déclaré le directeur du Conservatoire. Cela lui a permis plus d'indépendance d'esprit, ainsi Rosa Bonheur a poursuivi une carrière artistique glorieuse, suscitant l'intérêt de la critique et cumulant prix et honneurs. Sa tenue et ses façons ont fait l'objet de tous les commentaires : elle allait résolument à l'encontre des normes et portait les cheveux courts, s'habillait de vêtements masculins - c'est à dire de pantalons, qu'elle ne pouvait mettre sans un permis de police renouvelable tous les six mois (à daté de 1852) - fumait et montait à cheval à califourchon et non pas en amazone. " Des images me frappèrent : une photographie d'elle fumant une cigarette à son bureau, le fac-similé d'une permission de travestissement, deux reproductions de tableaux, Buffalo Bill sur son cheval et un marché aux chevaux. " a raconté une de ses amies. En effet, le fait de se comporter et de s'habiller véritablement comme un homme, lui a ouvert des horizons plus vastes. Par exemple, pour perfectionner ses connaissances anatomiques, Rosa Bonheur n'a pas eu peur de visiter des abattoirs, de disséquer des carcasses qu'elle achetait chez son boucher et assistait aux foires aux bestiaux - ce qui justifiait le port du pantalon ! Elle affirmait : " Quel ennui d'être limité dans ses gestes quand on est une fille ! " De plus, sa sexualité allait dans le sens de sa masculinisation puisqu'elle ne s'est pas marié et qu'elle a partagé sa vie avec deux femmes peintres, Nathalie Micas puis après le décès de celle-ci en 1889, Anna Klumpke, une américaine dont elle fera sa légataire universelle. Même si elle a transgressé la morale sociale de l'époque, cela n'a pas empêché Rosa Bonheur d'être célèbre dans toute la France, en Grande-Bretagne et en Amérique où on l'appelait " le plus grand peintre animalier du monde.

Coaching Lion, Rosa Bonheur, 1872 (Rehs Galleries, NY)

La foulaison du blé en Camargue, Rosa Bonheur (Musée des Beaux Arts de Bordeaux)

Portrait de Rosa Bonheur avec son chien Charley, Anna Elisabeth KLUMPKE (Fontainebleau ; musée national du château)


C'est sûr que c'est tout de suite un peu moins sexy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 13:04

Bah... comme quoi le sexe et le glamour et la provocation ne sont pas forcément les sujets de prédilection des lesbiennes... lol !

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 13:06

SexToy a écrit:
Bah... comme quoi le sexe et le glamour et la provocation ne sont pas forcément les sujets de prédilection des lesbiennes... lol !
Bah nan, ça se saurait! wnk2 tomates (c'est par où que je me fais jeter?)


Dernière édition par le Mar 28 Nov - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 13:15

Hinhinhin...
You naughty girl ! Go to my room !

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 13:17

SexToy a écrit:
Hinhinhin...
You naughty girl ! Go to my room !
choc fouet veux po voir



Les Demoiselles d’Avignon, Picasso, 1907 (musée d'Art Moderne de New York)

"la peinture n'est pas faite pour décorer les appartements, c'est un instrument de guerre offensive et défensive contre l'ennemi" (Picasso)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 13:26

J'aime beaucoup la démarche des cubistes.
Et la citation que tu as choisie illustre vraiment bien leur propos.


Sinon, j'aime particulièrement ce tableau de Romaine Brooks :

Si je dis que je la trouve très belle et sexy, va-t-on me prendre pour une folle ?
Elle a fait des portrait de bon nombre de ses amies lesbiennes, notamment de Natalie Barney, qui a été sa compagne durant 50 ans.

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
ella
Invité



MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 14:00

me ke vois jeee un sujet sur la peinture...

ahhh.. merci sextoy... emu
après 6h de cours et la soirée derniere ça reconforte...

j'aime beaucoup la palette de couleur de Brooks
Revenir en haut Aller en bas
miss-kit
Invité



MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 14:11





Toulouse Lautrec ... godwin
je connais pas grand chose en peinture mais lui il a berçé ma vie.
Merci maman love+3
Revenir en haut Aller en bas
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 14:20

ella a écrit:
me ke vois jeee un sujet sur la peinture...

ahhh.. merci sextoy... emu
après 6h de cours et la soirée derniere ça reconforte...

j'aime beaucoup la palette de couleur de Brooks

Vi, moi aussi !
Et puis ce trait charbonneux, ça me transporte littéralement.

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
ella
Invité



MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 14:35

Toulouse Lautrec encore un inclassable...



un des premiers affichistes (en s'inspirant des estampes japonaises)
Revenir en haut Aller en bas
SexToy
Julie McCoy


Nombre de messages : 6687
Age : 44
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 14:39

Mmmmm...
Toulouse-Lautrec !!!






J'adôôôre ! (surtout le dernier, beau clin d'oeil à Courbet !)

_________________
Je suis une sorcière queer (blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extincteur.blogspot.com
bioskopb
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2181
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 15:23

Alors pour poursuivre


Le déjeuner sur l'Herbe, Edouard Manet, 1863 (Musée d'Orsay)wnk2

Et pour Degas, j'adore celle là :


Toilette au tub, Edgar Degas, 1886, (Musée du Jeu de Paume)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ella
Invité



MessageSujet: Re: Peinture   Mar 28 Nov - 22:38

Delmas Howe



Bon personnellement j'ai beaucoup de mal avec l'esthétique pictural de ce peintre (mis à part le côté militant que je trouve forcèment très bien):

Arrow http://www.delmashowe.com/images/paintings/stations/Study_for_Flagellation.jpg
(ce tableau est dans la saison1 de Lword)



Citation :
Delmas Howe, 57 ans, peintre gay militant. Que voit-on dans ces tableau? La passion du Christ, version homo. Des fouets, du cuir, du sang, des corps nus, des pénis, beaucoup. Une provocation. «C'est ma manière à moi de lutter contre le fondamentalisme religieux qui submerge ce pays, explique l'artiste. Le mariage homosexuel, revendication d'une toute petite minorité, est devenu l'un des principaux chevaux de bataille des conservateurs, qui en profitent pour ostraciser les gays dans leur ensemble. J'ai ressenti dans ma chair cet apartheid. A la fin des années 1980, l'ami avec lequel je vivais est mort du sida. Du jour au lendemain, je suis devenu persona non grata dans l'église baptiste dont j'étais l'organiste. Plus personne ne me reconnaissait dans la rue, le pasteur avait changé d'attitude, il était devenu hostile. C'est là que j'ai pris les armes: mon pinceau.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peinture   Aujourd'hui à 11:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Peinture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Recette de peinture à tableau
» Faire sa peinture
» Peinture maritime : nouveau hobby ?
» Quelle peinture utiliser ?
» peinture NAVY GREY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The L Word Study :: Baragouinages :: Culture Lez - Cinéma, Vidéo, Musique...-
Sauter vers: