The L Word Study

Forum d'etudes sur les représentations des lesbiennes dans la série The L Word
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tender Forever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Tender Forever   Sam 25 Nov - 20:13








Tender Forever joue de la guitare et se joue de nous. Tender Forever chante, danse, s’énerve, s’excite, s’épuise, tombe, et nous touche. Tender Forever c’est très très fragile ! Et en même temps, c’est une formidable boule d’énergie qui entraîne tout sur son passage, réveillant des choses enfouies profondément en chacun de nous. Tender Forever c’est émouvant, c’est précieux et rare. Tender Forever c’est beau parce que c’est vivant.

Mais comment Mélanie, qui il y a encore un an et demi construisait des web-sites et passait 15 heures par jour derrière son ordinateur, en est-elle arrivée là ?
En fait, la demoiselle s’est fait les dents dans la rue, une année durant au sein des Bonnes Bonnies, en faisant des covers de girlbands des sixties. Tout en y forgeant sa personnalité, cette Bordelaise hyperactive s’est lancée dans un projet electro pop longue distance avec une amie Américaine : Garrison Rocks, groupe coup de foudre et coup de tête, dura et grandit. Le duo a donné une quarantaine de concerts en 7 mois, notamment avec Little Wings (K Recs.) et Ted Leo (Lookout), jusqu’à devenir un orchestre franco-américain incluant 3 nouveaux membres. Mais il faut croire que ça ne lui suffisait pas, et de façon à jouer plus encore et à partir en tournée plus souvent qu’à son tour, elle monte en mars 2005 son projet solo : Tender Forever. Immédiatement elle sillonne la France avec à ses côtés son alter-ego Bordelaise Squeeze Me I Squeak et ses amies américaines Anna Oxygen et The Blow. C’est répondant à l’invitation de cette dernière, que Mélanie vend tous ses biens afin de se payer un billet pour les USA, et y donner des concerts dans un pur réseau DIY.

Et c’est à Olympia, état de Washington, au sud de Seattle, dans “the smallest world venue” (comprenez la plus petite salle de concert du monde = le grenier de Scream Club!), que Calvin Johnson, le “boss” de K Records (premier label de Beck), a découvert pour la première fois les chansons de Tender Forever. L’ancien Beat Happening ne fait ni une, ni deux, et dans les jours qui suivent, il organise des sessions d’enregistrements au mythique Dub Narcotic Studio où une douzaine de chansons sont mises en boîte (parmi les 45 à sa disposition !), puis embarque Mélanie en septembre
dernier, pour une tournée d’une soixantaine de dates dans tous les USA. Elle y apprend la scène, sa “nouvelle maison”, et s’y sent de plus en plus à l’aise. Les intéractions
avec le public sont de plus en plus nombreuses, spontanées, amusantes ou émouvantes et créent ainsi une relation intime toute singulière.

Les shows et le bouche-à-oreille font que l’album, sorti en décembre, à l’issue de la tournée, est rapidement “sold out”. K represse et en janvier il s’en est déjà écoulé plus de 3000 copies !!! De retour en France, Mélanie est la sensation du festival Bordeaux Rock. S’en suivent des concerts à St Brieuc, Tours, Paris, Toulouse...

Puis s’envole pour dix dates en Angleterre, en attendant l’Espagne et le Portugal... N’attendez pas avant de la découvrir, cette fille va TRÈS TRÈS vite !

Sources : Martial Solis pour Vicious Circle.

Sa musique
http://www.krecs.com/media/audio/TF_ThenIfImWrd.mp3

http://www.takemybreathaway.net/ladyfest/TENDERFORVEVER_takeitoff.mp3

Son site officiel
http://www.takemybreathaway.net/



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tamy
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2968
Localisation : The Papi Squad Reunited
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Sam 25 Nov - 20:24

Sympa, sympa... Jolie voix. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooby
Invité



MessageSujet: Re: Tender Forever   Sam 25 Nov - 20:26

vraiment une très belle découverte ... gooood2
Revenir en haut Aller en bas
miss-kit
Invité



MessageSujet: Re: Tender Forever   Sam 25 Nov - 20:39

bien bien ...
je vais approfondir tout ça gooood2
Revenir en haut Aller en bas
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Sam 25 Nov - 23:31

sources POPNEWS


"Il y a des débuts artistiques qui ressemblent à des contes de fées. Mélanie Valera, jeune Bordelaise webmaster et musicienne à ses heures perdues, en a fait la plaisante expérience en allant enregistrer son premier disque aux Etats-Unis sous la houlette de Calvin Johnson, le boss de K Records (Dub Narcotic Sound System, Karl Blau, etc.).
Peu de choses la prédestinaient à ce destin de baladin electro-folk expatrié si ce n'est des amitiés américaines et une hyperactivité qui suffirent à forcer le destin. Après avoir pas mal tourné dans le circuit indé des deux côtés de l'Atlantique armée de sa guitare et d'un clavier, Tender Forever (son nom de scène) nous présente 12 comptines aux sonorités délicieusement lo-fi, débordant d'une énergie communicative comme seuls les adeptes du "Do It Yourself" en sont pourvus. Dans cet album de fille, la spontanéité et l'innocence font bon ménage et parviennent à imposer des mélodies fragiles malgré des orchestrations volontairement rachitiques (laptop, orgue lugubre, guitare sommaire...) et des chœurs approximatifs. On retrouve avec bonheur la même esthétique bricolo qui présida au succès relatif des Young Marble Giants, le même équilibre fragile, les mêmes bouts de ficelle 25 ans plus tard ! Un dépouillement qui tourne à la mise à nu à l'écoute des paroles. Les mots ne s'embarrassent pas de voile de pudeur, les états d'âme tourbillonnent au gré des sentiments contraires : vachards ("Happy Birthday"), tendres ("The Feeling of Love" et "Marry Me"), déprimés ("This is Hardcore"). Pendant une petite demi-heure, la durée totale de cet album, l'auditeur devient tour à tour voyeur et confident de ce journal intime grand ouvert. Tender Forever se cherche beaucoup, entretenant le trouble sur la sexualité, sur son envie d'en découdre avec ses amis/amants et d'être aimée. Mais au final, ces questions ne regardent qu'elle, car, tant que l'impertinence lui inspirera des pop-songs comme "Then if I'm Weird I Want to Share" - certainement le meilleur morceau de ce disque imparfait mais rafraîchissant -, elle aura une place de choix sur mon lecteur MP3."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butchie
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2062
Age : 36
Localisation : 26 ans - St Quentin en Yvelines
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Sam 25 Nov - 23:40

Ouiiii, je l'ai vu ya qques temps dans l'mission de Fred Taddeï sur la 3

http://www.youtube.com/watch?v=gzEzfT05sfE

C'est sympa, ça ressemble à rien de connu.

Par contre, le Bontempi, ça fait pas sérieux lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiwi
Julie McCoy


Nombre de messages : 11869
Age : 39
Localisation : somewhere in between
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Dim 26 Nov - 0:46

hihiiii c'est trop bieeeen!! gooood

_________________
*Me Muero Por Besarte* / I'm a S** Dealer / Nobody's own you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Interview 1   Lun 27 Nov - 12:01

POPNEWS Juin 2006 - interview de TENDER FOREVER

Contrairement à ce qu'avance un hebdo de gauche, Tender Forever n'a jamais joué à l'Olympia. Malgré une trajectoire musicale à laquelle beaucoup de jeunes musiciens aspirent, elle n'a pas encore eu cet honneur. Qu'importe, en s'exilant aux Etats-Unis - à Olympia exactement -, Mélanie Valera a connu d'autres honneurs, ceux d'être accueillie à bras ouverts dans la famille K Records alors qu'elle était encore inexpérimentée et d'enregistrer un disque de folktronica personnel sous la houlette de Calvin Johnson. Difficile de rêver mieux pour cette fille fonceuse, mais pas écervelée, qui vous fixe d'un air franc et qui se fout du qu'en-dira-t-on.


Pour débuter, une petite question prétexte. Dans le communiqué de presse, il est écrit pop émotionnelle, est-ce que pour toi cela a un sens ?

Oh, c'est sûrement pas moi qui l'ai écrit. C'est un des trucs avec lequel j'ai un peu de mal parce que j'ai jamais pensé créer un style. J'ai un côté bricolo qui fait que mon disque sonne avec ce que j'avais sous la main. Pour le coup, c'est vraiment "Do it Yourself" à fond. Après, émo... oui, je fais passer des émotions ; pop, oui ça sonne pop !

Ça sonne pas mal lo-fi, ce disque ?

Oui, j'ai entendu tout et n'importe quoi : electro-pop, R&B lo-fi... après, ce que j'en pense... Je préfère laisser ça aux autres. C'est pas trop mon rôle de définir ma musique.

La pochette aussi a l'air artisanal, qui en est l'auteur ?

Jean, un Japonais que j'ai rencontré à Olympia. C'est hyper drôle comme histoire parce que j'avais vu des dessins incroyables en ville sans faire le lien avec lui. De fil en aiguille, je me suis rendu compte que c'était son travail. Son rêve, c'était de faire une pochette pour K records. Il se trouvait que je sortais mon disque et que j'avais besoin d'une pochette. Bref, j'ai réalisé son rêve et il a réalisé le mien. Il a un univers très organique, très foisonnant. A la base, son dessin était immense, on a été obligé d'en scanner un extrait seulement.

Vous auriez pu mettre le reste à l'intérieur de la pochette ?

Je pense qu'on s'y prendra autrement la prochaine fois car j'ai bien l'intention de retravailler avec lui. Son univers correspond bien à ma musique.

Comment es-tu devenue musicienne, j'ai appris que tu faisais pas mal de choses à côté ?

Jusqu'à l'âge de 18 ans, je n'ai pas écouté de musique chez mes parents. C'était plutôt interdit. Mon père a eu une éducation espagnole très dure sur fond de retour de guerre. Son père est mort quand il était très jeune donc il a été obligé de travailler très tôt. Il a répercuté ses valeurs sur nous - l'effort, ne pas baisser les bras, se débrouiller par soi-même... - et je crois que ça m'a servi pour démarrer dans la musique. Quand il était parti, ma mère passait du Stevie Wonder ou du Santana, c'était les seuls disques qu'il y avait à la maison avec Mozart mais ça n'allait pas plus loin. Après, je suis partie à Bordeaux, j'ai fait les Arts Plastiques. Là-bas, il y a une telle émulation musicale que c'est difficile de ne pas tomber dedans. Ça reste très pop, très rock (même si ça a pas mal évolué depuis 4 ou 5 ans). J'ai vu Calc, Pull. Ça me branchait bien.

Comment as-tu franchi le pas ?

Un jour avec deux copines, on s'est dit qu'on allait jouer dans la rue. C'est comme ça qu'on a créé les Bonnies. On ne savait pas jouer. Marie, un peu plus que nous (elle joue maintenant de la basse dans le side-project de la fille de Stereolab). On avait un clavier pourri et une boîte à rythmes. Ça se terminait souvent a capella.

Vous chantiez quoi ?


On chantait des trucs de soul sixties auxquels je m'étais biberonné toute seule : les Jackson Five, les Supremes. Très vite, j'ai acheté une guitare, on a rapidement progressé. On s'est même retrouvé à ouvrir pour le festival "Les femmes s'en mêlent", à jouer sur les plages. Bref, on s'est éclaté. J'ai vraiment commencé dans la rue. Je n'ai jamais mis les pieds dans un studio de répétition.
Parallèlement, j'ai rencontré une Américaine lors d'une soirée à Bordeaux, elle repartait chez elle le lendemain. On a tout de suite accroché elle et moi. On a commencé à s'échanger des fichiers sur Internet. Moi des bidouillages avec mon ordi, elle des pistes audio avec sa voix. Je lui ai alors proposé qu'on monte un groupe. Elle s'appelait Garisson, alors c'est devenu les Garisson Rocks. On a mixé le tout, on a fait un petit Ep sympa autoproduit qu'on a distribué autour de nous. Et puis je suis partie une première fois aux Etats-Unis. Là-bas, on a joué dans des barbecue parties, dans des lofts pourris à San Francisco. Parallèlement à ces aventures, je faisais partie d'une asso bordelaise avec Kim et Calc qui organisait des concerts. J'ai donc eu l'opportunité de faire venir des gens de K records à Bordeaux comme Khaela Maricich de The Blow. Elle est venue, on a bien accroché. Alors quand je suis allée aux Etats-Unis la première fois, elle nous a organisé une date à Portland. En arrivant à Portland, j'ai vu les Garrison Rocks en tête d'affiche avec des groupes de K records qui ouvraient pour nous. C'était très impressionnant car on n'avait jamais fait de vrais concerts ensemble. Le concert s'est super bien passé mais il a fallu que je rentre en France. Là, je suis tombée amoureuse, je me suis mise à composer des chansons pour cette personne sans penser à en faire un disque. Et puis, j'ai de nouveau eu la bougeotte. J'ai vendu toutes mes affaires pour pouvoir repartir aux Etats-Unis. Avant de partir, j'ai prévenu la fille de The Blow qui nous a organisé une tournée à la dernière minute. Je suis partie avec Valérie, une amie du groupe Squeeze Me I Squeak. On s'est retrouvées toutes les trois dans une voiture de location à descendre la côte ouest de San Francisco à Los Angeles
Tout cela a eu lieu quand ?

Il y a un an exactement.

Et comment les choses se sont-elles enchaînées ensuite ?

Le dernier concert, c'était pour dire au revoir à tous ceux qui nous avaient accueillies à Olympia. On a joué avec un groupe de Hip Hop, les Scream Club, dans leur grenier. L'endroit est vraiment minuscule. On l'appelle "The smallest venue ever". Le public est obligé de s'allonger pour t'écouter. Et là se pointe Calvin Johnson. Le lendemain, je le croise, (elle prend une grosse voix) : "J'ai bien aimé tes chansons, en fait je les ai vraiment aimées, est-ce que tu veux enregistrer?". J'ai dit ok, j'ai changé mon billet et je suis rentrée en studio. Là-dessus, lui partait en tournée (50 à 60 dates à travers les Etats-Unis), il m'a proposé de l'accompagner. J'y suis allée. Au final, j'ai plaqué ma vie d'avant qui consistait à faire des maquettes de pré-presse bien chiantes pour la grande aventure. C'était à l'automne dernier.


K Records est un label qui a une éthique, j'imagine que tu n'as pas eu de mal à t'intégrer ?

Oui, K, c'est une famille, des gens qui feront tout pour toi. Ils soutiennent énormément la communauté d'Olympia, ils soulèvent des fonds pour aider leurs artistes. Récemment une des musiciennes de The Gossip est tombée malade et, grâce à l'argent récolté lors d'un concert, K a pu payer ses frais d'hospitalisation. Ils organisent aussi des concerts pour des fermes bio. Tu te retrouves à jouer sur des bottes de foin en plein été, etc. Les gens se déplacent. Pour la tournée, c'était Calvin et moi dans le van au milieu du désert... Autant dire surréaliste !

Tu n'étais pas trop impressionnée par le personnage ?

C'est quelqu'un qui a beaucoup de mal à communiquer socialement. Les fans de K sont un peu extrêmes parfois et ça le refroidit pas mal ce genre d'attitude. Mais au fond, il est hyper accessible si tu es spontané avec lui. C'est quelqu'un qui n'assume pas son statut un peu culte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Interview 2   Lun 27 Nov - 12:02



Est-ce qu'on peut dire que si tu étais restée en France, tu n'en serais pas là aujourd'hui ?


C'est certain, même si le disque a été fait en dehors de tout ce contexte. En France, j'aurais galéré. Et puis, les gens de K m'ont offert une chose précieuse, la possibilité de faire de la scène, tout de suite, sans attendre. Ma musique est très live. Je ne peux pas composer et me mettre à tourner dans 6 mois comme c'est le cas ici. En 10 mois, j'ai dû faire 150 concerts et aucun ne s'est ressemblé. Et puis la tournée américaine avec Calvin m'a appris pas mal de choses sur moi-même. Il y avait une dimension philosophique à traverser tous ses états en camion. Tu te poses, tu réfléchis...

Finalement, avec K Records tu as reçu une super formation...

Pas une formation, un état d'esprit. Par essence, Calvin choisit rarement des gens qui ne rentrent pas dans son moule. Il les repère sur scène lors de leurs premiers concerts. Il faut qu'il ait le feeling. Il reçoit des tonnes de démos qu'il écoute mais il ne signera jamais quelqu'un sur la fois d'une démo. Dans la définition de K Records il y a le mot "implosion" et ça doit se passer sur scène.

Après ta tournée d'automne/hiver, comment as-tu vécu le retour à la réalité ?

C'est toujours un peu chiant quand ça s'arrête. Il faut trouver d'autres échappées. Quand je suis rentrée à Bordeaux, j'ai commencé à travailler sur de nouveaux morceaux. J'ai prévenu tout le monde que je ne jouerais aucun concert au mois de mars. Il fallait que je me pose, que je prenne de la distance pour ne pas devenir tarée. Il fallait aussi que je me repose physiquement parce que je me donne beaucoup pendant les concerts et que mon corps en garde des séquelles (genoux écorchés, bleus...).

Est-ce que tu penses étoffer un peu ta musique et jouer avec des musiciens à l'avenir ?

Des musiciens, je ne sais pas encore. Pour ce qui est de l'enregistrement, j'ai progressé un peu en mix. Du coup, ça sonne mieux, c'est moins touffu même si je conserve cette approche bricolo. Disons que c'est mieux fait, que c'est devenu un bordel organisé.

Une chose m'a frappé sur le disque, les voix doublées, on a l'impression qu'il y constamment des chœurs derrière toi, c'est inconscient ou voulu ?

Je ne sais pas. Ça vient sans doute de mes débuts avec les Bonnies ou des Jackson Five que j'ai écoutés. J'aime bien ce côté orchestre vocal. Le fond musical est finalement assez simple et les voix sont un bon moyen d'étoffer la musique tout en la rendant plus vivante, plus chaleureuse. Et puis, je les crée en pensant à la scène pour pouvoir m'amuser avec. J'aime bien ce côté dédoublement musical. Je suis à la fois toute seule et plusieurs sur scène.

Tu dépenses beaucoup d'énergie sur scène, est-ce que ce n'est pas aussi pour combler un vide ?

Non. C'est vraiment ma personnalité. Je rentre dans un monde qui m'appartient. En fait, la scène me permet d'être encore plus moi-même. Et je ne me sens jamais seule parce que je vais chercher le public, je lui raconte des histoires.

Cette interaction permanente ne se fait-elle pas au détriment des morceaux ?

On me l'a reproché une fois en me disant que je parlais trop, etc. Mais c'était de la part de musiciens qui sont dans une optique professionnelle un peu différente de la mienne. C'est une critique que j'écoute volontiers mais ça ne m'empêche pas de penser que j'ai besoin que le public réagisse à mes concerts. Pour moi, c'est un acteur. Il faut qu'il reparte avec l'idée d'avoir participé.

Ce côté "entertainer", c'est finalement très américain comme démarche...

Oui, c'est très américain, je l'entends souvent quand je réponds aux interviews. Mais à Olympia, tout le monde joue de la guitare, fais son truc dans son coin. Quand tu es une nana là-bas avec une guitare, tu n'es ni un super héros, ni une bête curieuse. Ici, une femme avec une guitare, elle passe au festival "Les femmes s'en mêlent". Là-bas, tout le monde se lâche, se sent libre de faire ce qui lui plaît sur scène. En France, il y a toujours un rapport de cause à effet. J'entends souvent le mot "carrière" dans les interviews parce qu'ici quand tu fais de la musique, tu dois faire des choix, du genre "fais pas trop de concerts, ne va pas là-bas", etc.

C'est peut-être en lien avec la réforme du statut des intermittents qui impose la prudence. Certains labels indépendants proposent même des cours de gestion à leurs artistes, ça t'inspire quoi ?


C'est vrai qu'il y a une différence fondamentale avec ce que j'ai vécu aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, les artistes ne sont pas indemnisés, ce qui les pousse à se débrouiller autrement. En France, on est un pays de bureaucratie et si je ne veux pas faire la tournée des caves ad vitam aeternam, il faut aussi que je joue le jeu. Les gens de Vicious Circle se décarcassent pour moi, ça me semble naturel de le faire aussi pour eux. C'est un équilibre à trouver. Donc, je vais continuer de tourner dans des endroits pour le fun tout en faisant le Café de la Danse et d'autres salles. Au fond, pour moi, ça ne change rien.

Au-delà des engagements contractuels, j'ai le sentiment que tu es dans un rapport non écrit avec tes labels ?

Complètement. D'ailleurs, avec K, je n'ai pas signé de contrat. C'est oral. Je suis chez eux sur la foi d'une confiance réciproque et je resterai chez eux tant que je serai dans leur politique et qu'ils arriveront à suivre. Avec eux, tu as une liberté totale. Tu fais partie de la famille. C'est un contrat moral.

La parole a de la valeur...

Oui et finalement, tu piges plein de choses sur la vie. Le respect de soi, des autres, qui tu es, comment on fonctionne...

En écoutant tes paroles, je me suis senti mal à l'aise parfois, j'avais l'impression d'être un peu voyeur...

Les chansons du disque étaient destinées à une personne en particulier. Je ne savais pas qu'elles allaient être écoutées par des milliers de gens. C'est pas la première fois qu'on me le dit. C'est cru, ok mais quand tu dois dire que ce que tu as sur le cœur et bien tu le fais... J'espère que ça incite les gens à avoir plus de spontanéité et d'ouverture d'esprit. Les prochains morceaux, même s'ils s'inscrivent dans une continuité, seront un peu différents parce qu'ils appartiennent à un autre processus d'écriture.

Pourrais-tu nous décrire les conditions d'enregistrement au Dub Narcotic Studio ?

C'est un ancien entrepôt plus ou moins aménagé qui accueille plein d'ateliers d'artistes. Le studio, c'est du bric et du broc. Ils ont investi dans quelques micros. La table de mixage, c'est un truc analogique qui reflète bien le côté collectionneur de Calvin. C'est un mélange de matériel vintage et de trucs bricolés.

C'est lui qui était derrière la console pendant que tu enregistrais ?

Oui. D'ailleurs, il a une super psychologie d'enregistrement. Il te met à l'aise en te disant des trucs du genre "Action, Baby". Et il lance la bande. Après, c'est à toi de te lâcher. Et, au final, on garde la meilleure prise, celle qui nous semble la plus juste. Il y a plein de gens qui passent, qui essaient des trucs, qui donnent leur avis... Mais ça reste structuré, ce n'est pas n'importe quoi. Calvin part du principe que si la chanson sonne bien, elle n'a pas besoin d'être enregistrée de façon super léchée. Avec lui, on est dans l'action, l'émotion brute, pas dans le fignolage.

Propos recueillis par Luc Taramini

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Lun 27 Nov - 19:20




sources Sefronia
The soft and the hardcore


Le groupe se résume à Mélanie Valera qui a écrit ce premier album lors d'une histoire d'amour, il aurait pu s'appeler "Love me Tender Forever" mais il faut croire que la chanteuse aime jouer avec les opposés sans les rendre inconciliables, elle mélange donc soft et hardcore particulièrement dans ses textes, les cordes et les sonorités électroniques, le foisonnement des sentiments et le minimalisme musical, l'ombre et la lumière…

La genèse de "The soft and the hardcore" est un peu singulière : Mélanie est une autodidacte de la musique qu'elle découvre en intégrant la scène musicale bordelaise (avec entre autres Calc, Pull ou Kim), n'ayant pas froid aux yeux elle décide de franchir le pas mais le moment déterminant a été la rencontre de certains groupes du label K Records (The Blow, The Gossip, Garisson Rocks…) qui l'invitent à venir dans leur fief à Olympia dans l'état de Whashington, sorte d'oasis musical à l'ombre de la capitale du grunge. Le boss du label Calvin Johnson la remarque et lui propose d'enregistrer et produire les douze chansons de l'album.

Depuis "La fossette" de Dominique A, on sait qu'il est possible d'écrire des chansons avec très peu de moyens ; avec le même esprit "do it yourself", la chanteuse utilise guitare, petits samples de rien du tout, synthé vintage et réussit des comptines bancales mais touchantes dans lesquelles elle promène son spleen amoureux aux frontières du folk et de l'electronica avec une voix pénétrante (qui se superpose parfois sur plusieurs pistes comme dans "Hot") qui mélange des mots doux et des paroles amères et donne ainsi des ambiances irréelles, inquiétantes ou même radioactives ("Make out"). Cette musique se rapproche assez de celle de Cocorosie ou d'Au Revoir Simone dans la forme mais elle possède suffisamment de personnalité propre pour éviter d'être cantonné dans un style particulier.

"Sometimes i feel my guts, they are telling secrets", peut-on entendre sur le titre "Tender forever", si ses chansons sont ces secrets qui sortent de ses tripes, elle doit penser à les écouter le plus souvent possible et même donner son corps à la science.


sources les Inrockuptibles


Son album s’appelle “La Douceur et le Hardcore”, mais c’est la douceur qui l’a emporté. Fidèle aux dogmes et règlements intérieurs de la prestigieuse et rigoureuse maisonnée K d’Olympia, Mélanie Valéra joue donc en lo-fi, accompagnée d’une boîte à rythmes récalcitrante, d’un piano-jouet, d’une guitare caressante et d’une électronique chaleureuse. Joli exploit pour la Bordelaise, première signature française du label dont le logo était tatoué sur le bras de Kurt Cobain, en fidélité éternelle à cette école où les chansons triomphent toujours sur le son, où idée rime toujours avec débridée et enregistrements maison jamais avec raison.

Il y a du Joanna Newsom dans cette façon exaltée, illuminée, de chanter ainsi à tue-tête, sans la moindre retenue, avec une béatitude palpable. Car Mélanie Valéra n’est pas une de ces prisonnières chouineuses de leur geôle lo-fi : rayonnante, ambitieuse et étonnamment musicale sous ses atours minimaux, elle évoque régulièrement quelques pionniers de la pop fauchée mais épanouie et illimitée, comme les Raincoats ou les Young Marble Giants… Et susurre le plus charmant chant d’anniversaire entendu depuis les Altered Images : on rêve de l’avoir au téléphone le 31 décembre (on ne choisit pas son jour de naissance), pour son ensorcelant Happy Birthday.
Jean-Daniel Beauvallet





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Lun 27 Nov - 20:51

oh purée !!! 100 fois mieux que tegan et sara !!!
J'adoreuh sa voix et sa zik !

Le clip le moins cher au monde !

http://www.youtube.com/watch_fullscreen?video_id=zsVHqgyNx3E&l=74&t=OEgsToPDskLKGv7kpCLaCIf0k5T17TeW&fs=1&title=Happy%20Birthday

fete

En un peu plus élaboré mais tout aussi économique :

http://www.youtube.com/watch_fullscreen?video_id=BX7Mg0PuWPU&l=170&t=OEgsToPDskLb6x4ldr--CCZ9TPGli1wE&fs=1&title=Tender%20Forever%20-%20Magic%20of%20the%20Crashing%20Stars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tamy
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2968
Localisation : The Papi Squad Reunited
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mar 28 Nov - 15:23

choc

Trop pas!
C'est pas pareil d'abord. bagarre2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mar 28 Nov - 21:15

Je viens de recevoir un mail de mééééééllllllllllllaaaaaaannnnnnnnnnnnniiiiiiie !!!!!!!!!!!!!!!!! * wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo wahoo

Elle est ADORABLE love+3









*Tender Forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Butchie
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2062
Age : 36
Localisation : 26 ans - St Quentin en Yvelines
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mar 28 Nov - 21:56

Les Melanie sont des filles extras fleurs2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mar 28 Nov - 22:15

Sérieux, wow !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mer 29 Nov - 6:17


dernière minute............dernière minute............dernière minute............dernière minute............dernière minute............dernière minute............dernière minute............dernière minute............




Une vidéo lors au Fool's Foundation en décembre 2005 http://www.vimeo.com/clip:28166
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tamy
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2968
Localisation : The Papi Squad Reunited
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mer 29 Nov - 10:21

J'ai fait tourné ça dans mes oreilles cette semaine.. Enfin, les jours derniers.. C'est définitivement sympa à écouter mais un peu lisse peut être? perplex
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mer 29 Nov - 11:02

Lisse, non j'trouve pas...
c'est cheap (dans le bon sens du terme), destructuré....

Mélanie Valera love+3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
melisse
Mr Piddles' Rythm


Nombre de messages : 964
Age : 32
Localisation : 22, Paris 12ème
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Mer 29 Nov - 20:31

Ici aussi ca tourne pas mal dans les zoreilles ^^

double merci Mag friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tamy
Dana's jokes!


Nombre de messages : 2968
Localisation : The Papi Squad Reunited
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Jeu 30 Nov - 10:17

Mag a écrit:
Lisse, non j'trouve pas...
c'est cheap (dans le bon sens du terme), destructuré....

Oui... Mais tout est un peu au même niveau? J'ai peur de m'en lasser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cooby
Invité



MessageSujet: Re: Tender Forever   Jeu 30 Nov - 10:59

tamy a écrit:
Mag a écrit:
Lisse, non j'trouve pas...
c'est cheap (dans le bon sens du terme), destructuré....

Oui... Mais tout est un peu au même niveau? J'ai peur de m'en lasser...

moi je dois dire que j'aime bien ... pour l'instant pas de lassitude ... et pour le côté lisse je trouve pas non plus ...
Revenir en haut Aller en bas
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Jeu 30 Nov - 22:59

J'adore son LOOOOOK ANDROGYNE ELLLE DECHIRE SON BOXER !!!! hi hi hi hi
...

Au fait, je galere pour trouver les paroles de HOT.... je suis sure que t'a ca Mag...

friends


Dernière édition par le Jeu 30 Nov - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popy
Shane Serial Speaker


Nombre de messages : 1656
Age : 35
Localisation : 25 ans A PARIS 12 EM !!
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Jeu 30 Nov - 23:06







bravo confus2 bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mag
Julie McCoy


Nombre de messages : 11520
Localisation : JE VEUX ME DESINSCRIRE C BLOQUE !!!!!!
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Ven 1 Déc - 10:10

Pas trouvé non plus...
Je lui demande directement wnk3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
melisse
Mr Piddles' Rythm


Nombre de messages : 964
Age : 32
Localisation : 22, Paris 12ème
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tender Forever   Ven 1 Déc - 20:49

Je parie que tu l'as ajoutée à tes contacts msn Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tender Forever   Aujourd'hui à 21:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Tender Forever
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les fards mat de make up forever
» Make up forever: la nouvelle collection d aqua liners :)
» Aqua liner make up forever
» Craquage make up forever
» Aqua Seal de Make up Forever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The L Word Study :: Baragouinages :: Culture Lez - Cinéma, Vidéo, Musique...-
Sauter vers: